Cavendish, un monstre s’en va par la petite porte

C’est un grand, une part d’histoire du cyclisme qui a peut-être dit stop à Gand-Wevelgem le week-end dernier. En larmes, le Britannique a lâché ces mots : « C’est peut-être la dernière course de ma carrière. » En fin de contrat avec la Bahrain-McLaren, il sait qu’à 35 ans cela sera difficile de retrouver un point de chute. En attendant retour sur la carrière d’un des meilleurs sprinteurs de tous les temps. L’ogre aux 146 victoires dont 30 sur le Tour de France.


Tour de France 2008, l’explosion

Mark Cavendish arrive sur le Tour de France après un Tour d’Italie réussi (2 victoires). Le Britannique fait parler la foudre dès la première arrivée massive. Il met tout le monde d’accord et devance 3 monstres : Oscar Freire, Eric Zabel et Thor Hushovd. Derrière, il ne laisse rien à ses adversaires, 3 sprints, 3 succès avant de quitter le Tour au matin de la 15ème étape.


Milan San Remo 2009

Mark Cavendish est le meilleur sprinteur du monde. Milan San Remo est le monument qu’il peut accrocher. Bien emmené par Georges Hincapie, le Britannique est dans un fauteuil. Mais Henrich Haussler lance le sprint de loin, et fait le trou. Seul l’homme de l’ile de Man arrive à recoller à sa roue, et le saute sur la ligne pour quelques centimètres. La dolce vite, à seulement 24 ans.


Tour de France 2009, l’apogée

3 victoires sur le Tour d’Italie dans sa besace, puis 6 sur le Tour de France. Le Man Express est une jambe au dessus de tout le monde dans la dernière ligne droite dans l’hexagone. Rien ne lui résiste, pas même les Champs Elysées. Il y remporte cette année là la première de ses 4 victoires à Paris. Il doit cependant s’incliner dans la course au maillot vert face au Norvégien Thor Hushovd. Il remportera le classement par points deux ans plus tard, en 2011.


Mondiaux 2011, la consécration

A Copenhague, le parcours est propice à un emballage final. Et à ce petit jeu là, c’est évidemment Cavendish le plus fort. Il ne laisse pas passer sa chance et s’impose devant Matthew Goss et son ancien coéquipier, André Greipel. Le maillot arc-en-ciel sur le dos, le Britannique est le roi du monde.


Tour d’Italie 2013, l’aboutissement

Cavendish a déjà remporté le classement par points sur le Tour de France (2011) et le Tour d’Espagne (2010). Il n’y a que l’Italie qui lui résiste. Maillot rose deux fois dans sa carrière, il va chercher le maillot rouge en 2013. Avec 5 étapes en prime et un maillot rose obtenu après sa victoire le premier jour. Son objectif est atteint. Il ne reviendra plus dans la botte.


Tour de France 2016, sa dernière danse

Mark Cavendish n’est plus le sprinteur dominateur qu’il a été par le passé. On le dit même fini. Mais il ressuscite lors de la Grande Boucle 2016. Malgré Marcel Kittel et Peter Sagan, le vétéran de 31 ans mate une nouvelle fois la concurrence. Quatre étapes au total, les dernières de ses 30 victoires. Echouant à seulement 4 unités du grand Eddy Merckx. Mais surtout, il obtient enfin le graal, le maillot jaune. Il le porte un jour pour son plus grand bonheur après avoir joué de malchance à Harrogate en 2014. Un achèvement. il ne lèvera plus les bras sur un le Tour de France, ni sur un autre Grand Tour d’ailleurs.

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *