Maillots nationaux : le style ou le chaos ?

Qui dit week-end de championnats nationaux, dit aussi remise de maillots ! La découverte de ces nouvelles tenues est toujours un moment très attendu pour les fans de cyclisme, juste avant le Tour de France. Certaines créations sont de vrais chefs d’oeuvre… quand d’autres sont à la limite du manque de respect pour les couleurs du drapeau…

Joaquim Rodriguez, le précurseur

Champion d’Espagne en 2007, Joaquim Rodriguez se distingue dans le peloton avec un maillot espagnol très travaillé. A l’époque, « Purito » défend les couleurs de l’équipe Caisse d’Epargne, qui le laisser arborer un double dégradé de rouge et de jaune.




Le cuissard et les lunettes sont bien sûr assortis. La réussite est totale : impossible de manquer le champion d’Espagne dans le peloton.






Filippo Pozzato, l’artiste

Deux ans après le sacre de Rodriguez, Filippo Pozzato obtient le titre en Italie. Le vainqueur de Milan-San Remo 2006 passe un an à tester toutes les versions possibles de son maillot vert-blanc-rouge. Il tente tente même un maillot noir pour Paris-Roubaix, qui fait débat dans son pays.




Mais la tenue qui fait consensus, la voici : trois bandes aux couleurs italiennes, sur un maillot blanc, orné d’écritures en or. La classe à la Pozzato.







Alex Howes, l’héritier

L’américain de 32 ans a très peu gagné durant sa carrière. Mais il a compris comment prendre la lumière : un maillot au design épuré et des photos en cascade sur les réseaux sociaux !

Le Coureur d’EF Education-First, s’éclate sur Instagram. Son maillot de champion des Etats-Unis est mis en scène, sous tous les angles, et dans toutes ses déclinaisons. C’est presque devenu un jeu et ses fans adorent. On avoue qu’on n’a pas du tout envie de le voir perdre sa tunique !



Alex Howes sur Instagram. : 41k followers et d’innombrables clichés de son maillot. (Crédits : Instagram d’Alex Howes)







Marc Madiot, le puriste

Son unique titre de champion de France commence à dater (1987), mais depuis Marc Madiot a marqué l’histoire du maillot bleu-blanc-rouge par un autre biais.
C’est simple : pour chaque triomphe de l’un de ses coureurs, la Groupama-FDJ propose une version vierge de sponsor. Plus c’est simple, plus c’est classe. Respect !

Arnaud Démare, champion de France 2014 et 2017



Ce qu’on ne veut plus voir

Tous les regards se tournent vers Alejandro Valverde… L’espagnol a longtemps martyrisé son maillot de champion d’Espagne. Certes, celui de cette saison était réussi, mais comment oublier cette version Caisse d’Epargne ?

Alejandro Valverde, en 2008

Autre accusé : Fränk Schleck ! Il est désormais retraité mais les maillots de champion de la Léopard-Trek sont restés dans les mémoires. Merci à Bob Jungels de faire davantage briller les couleurs du Luxembourg, depuis quelques années.

Fränk Schleck quintuple champion du Luxembourg

Il y a aurait bien d’autres coureurs à accabler, mais nous terminons cette inspection de garde-robe avec Davide Formolo et l’équipe-UAE Emirates.
Champion d’Italie l’an passé avec la Bora, Formolo a profité pendant 6 mois d’une tenue haut de gamme. Était-ce si difficile de la reproduire ? Voilà la version 2020… on vous laisse seuls juges !

Crédits : Instagram de Davide Formolo
0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *