On veut du changement pour les championnats de France, et vite !

Toute l’équipe de Mon Peloton, est unanime. On en a marre des parcours des championnats de France habituels. On n’a rien contre Arnaud Démare, triple champion de France depuis peu. Mais on aimerait bien voir un peu de changement, mais surtout un peu de hauteur.

1998. Non on ne parlera pas du premier titre de champion du Monde de football de l’équipe de France. Cette année-la, c’est la dernière fois que l’on a eu le droit à un parcours montagneux pour les championnats de France. Laurent Jalabert s’impose devant Luc Leblanc et Richard Virenque à Charade dans l’Auvergne. Les trois meilleurs grimpeurs tricolores de l’époque.

Nous aussi on aimerait bien voir nos meilleurs grimpeurs actuels se jouer la gagne. Surtout avec un si beau plateau. Thibaut Pinot, Romain Bardet, Warren Barguil ou même Julian Alaphilippe. Tous ont porté haut et fort les couleurs françaises ces dernières années. Ils mériteraient, au moins une fois, de pouvoir se disputer le maillot bleu-blanc-rouge lors d’une ascension difficile. Un spectacle qui nous donnerait l’eau à la bouche.

Et si on quittait l’Ouest et le Nord ?

Depuis 2002, c’est toujours la même chose. On va en Bretagne, en Vendée ou dans le Nord de la France. Il n’y a pas de place pour des circuits dans les Pyrénées ou dans les Alpes. Mais pourquoi ? Pas de budget, réticence des villes, ou des organisateurs ? Pourtant les amoureux de vélo ont envie de voir ce spectacle. Une arrivée à l’Alpe d’Huez, au Mont Ventoux, au Tourmalet. Ces cols mythique font aussi partie du patrimoine français. Soyons fous et créatifs. Les petites côtes et la plat, on a déjà donné, place au dénivelé !

L’exemple de l’Espagne et de l’Italie

Fabio Aru, Vincenzo Nibali pour l’Italie. Alejandro Valverde, Joaquim Rodriguez ou encore Paco Mancebo pour l’Espagne. Chez nos voisins frontaliers, les grimpeurs ont aussi leur place et les parcours sont variés. Histoire de mettre en avant leurs plus beaux champions. Une année un sprinteur, comme cette année en Italie avec la victoire de Nizzolo, une autre un puncheur, et ensuite un peu de montagne. Et tout le monde a ses chances.

Mais à quand notre tour ? L’an prochain, les championnats de France auront lieu à Epinal dans les Vosges. Un premier pas vers l’altitude ? Pas sûr. Alors messieurs de la FFC, et surtout notre cher breton David Lappartient, écoutez votre cœur, et donnez nous le combat que l’on attend tellement. Celui qui pourrait départager nos cadors tricolores, et donnerait un second souffle à des championnats de France qui se ressemblent.

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *