Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Total Direct Energie, la lumière au bout du tunnel ?

Avant le départ de la saison 2021, Mon Peloton vous fait une présentation de toutes les équipes. Aujourd’hui, c’est au tour de Total Direct Energie.


La saison 2020 en bref

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est fleche-rouge.png.

3 victoires – 24ème au classement World Tour


La saison n’a pas été des plus simples pour les Pro Teams, ces équipes de division continentale qui n’ont pu s’exprimer quasiment que sur les meilleures épreuves, dans l’ombre des grosses écuries.

Total Direct Energie fait partie des victimes de ce calendrier tronqué, et signe le pire bilan de son existence. Seuls Anthony Turgis et Niccolo Bonifazio ont tenu leur rang à la tête d’un effectif en quête perpétuelle d’un leader capable de le porter sur la plus grande course du monde.

Malgré la victoire précoce de l’Italien lors de la 5e étape de Paris-Nice, deux ans après la dernière obtenue par l’équipe à ce niveau, la saison a été bien longue à vivre pour les supporters vendéens.


Le départ


Lilian Calmejane (AG2R Citroën Team)

Il a incarné l’espoir. Après des années de quête, on a bien cru qu’il était là, le grand successeur de Thomas Voeckler, celui qui saurait assurer à Jean-René Bernaudeau des victoires au plus haut niveau.

Malheureusement, l’Albigeois a connu une saison difficile et s’en va sans avoir pu confirmer. Plus largement, son départ marque peut-être l’échec du modèle de performance de la structure de l’Ouest.

Lilian Calmejane, c’est douze victoires en cinq saisons, dont une sur la Vuelta et une sur le Tour. Crédit : ASO

Ils partent


La recrue phare


Edvald Boasson Hagen (NTT Pro Cycling)

Huit coureurs d’expérience ont rejoint la ProTeam française cet hiver. Parmi eux, Edvald Boasson Hagen ressort comme LE gros coup de l’intersaison du côté des Essarts. Avec 81 victoires à son palmarès, il fait partie des cinq plus gros scoreurs en activité. S’il a été transparent en 2020, il sera intéressant de voir s’il arrive à rebondir lors de sa 16e année de carrière professionnelle.

Les autres arrivants présentent majoritairement un profil de grimpeur. Car si Niccolo Bonifazio assure une certaine présence dans les arrivées groupées, force est de constater que les hommes de Jean-René Bernaudeau ont été aux abonnés absents cette année lorsque la route s’élevait.

Vainqueur du Tour de Yorkshire 2019, Chris Lawless fait également partie des recrues de Jean-René Bernaudeau pour 2021. Crédit : ASO

Ils arrivent

Le recrutement de TDE vous convainc-t-il ?


Le leader


Pierre Latour – 27 ans

Il devait être le fer de lance d’AG2R sur le Tour 2020, avant que la crise sanitaire ne bouleverse le programme. On ne sait donc toujours pas réellement ce que vaut l’ancien champion de France du chrono lorsqu’il vise le général sur trois semaines.

Mais est-ce bien important ? Chez Total Direct Energie, le Drômois n’aura pas pour mission de se battre pour accrocher difficilement un Top 10 sur le Tour ou la Vuelta. Il devra “attaquer, prendre des risques“, comme il l’a mentionné avec enthousiasme au moment d’annoncer sa signature. Et ça, il sait le faire. Reste maintenant à canaliser son énergie et à retrouver la hargne qui l’avait fait s’imposer à l’Alto de Aitana en 2016.

Pierre Latour tentera de se relancer chez Total Direct Energie après deux saisons marquées par les blessures et la méforme. Crédit : ASO


Le jeune à suivre


Mathieu Burgaudeau – 22 ans

Il est le benjamin de l’effectif vendéen. Pur produit de Vendée U, le natif de Noirmoutier fait la fierté de ses dirigeants depuis son passage chez les pros. Discret sur le plan des résultats, il l’est moins en course. Souvent aperçu à l’attaque, le coureur de 22 ans avait failli en claquer une au Tour de Vendée 2019.

Aligné au départ à Nice fin août, il a plusieurs fois intégré l’échappée sur les routes de son premier Tour de France. Un Tour qu’il a terminé sans être éprouvé plus que cela, au vu de sa fin de saison en Belgique. Une année de confirmation nous incite à parier sur un premier succès chez les pros pour le puissant vendéen.


Le chiffre de la saison 2021

0

Aucune des recrues de l’intersaison n’est issue du Vendée U. En plus de vingt ans d’existence, cela n’était arrivé qu’une fois, en 2009. Il faut dire que les amateurs n’ont que très peu couru en 2020. Et que l’équipe de Jean-René Bernaudeau a essentiellement besoin de gagner.

Pour cela, elle semble avoir misé davantage sur l’expérience. Les huit recrues sont âgées en moyenne de près de 30 ans et ont toutes au moins quatre saisons pleines chez les pros au compteur. Il reste malgré tout surprenant de voir cette écurie mettre tous ses oeufs dans le même panier, elle qui a toujours su mettre en valeur sa filière de formation.

Cette stratégie se justifie bien sûr par les résultats en chute libre de l’équipe. Mais c’est quitte ou double : si elle ne permet pas à Total Direct Energie de se hisser à nouveau parmi les toutes meilleures ProTeams européennes, la perte de l’identité vendéenne sera à coup sûr imputée aux dirigeants. Et ce n’est pas gagné d’avance…


Projection 2021

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est fleche-verte.png.

Pour exister, Total Direct Energie devra en effet faire mieux, et vite. C’est une nécessité. On le sait : seules deux wild-cards seront attribuées pour la si importante Grande Boucle. Et avec un Grand Départ à Brest, Arkéa-Samsic et B&B Hotels pourraient bien rafler la mise. Pour changer la donne, les hommes en bleu devront gagner dès le lancement de la saison ; si possible avec ses hommes forts.

Pas de place à l’observation donc pour Turgis, Bonifazio mais aussi Boasson Hagen, Latour ou encore Lawless, dont on attend beaucoup d’entrée de jeu. De leur succès dépend l’avenir de l’équipe, et sans doute pas seulement à court terme. Ils peuvent amorcer une dynamique nouvelle qui lancera l’équipe sur les meilleures bases ou au contraire enterrer les espoirs de participation au Tour, et avec eux la politique risquée d’une équipe qui aura du mal à s’en relever.

Ils restent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *