Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

AG2R Citroën U23 Team, une structure pas comme les autres

Véritable pépinière de talents, Chambéry Cyclisme Formation ou AG2R Citroën U23 Team, entre dans la phase de recrutement pour la saison prochaine. La réserve de l’équipe professionnelle savoyarde fait figure d’entité à part dans le monde du vélo.

L’équipe AG2R Citroën U23 Team 2021. (ag2r-citroen-u23-team.com)

Vainqueur de la 8ème étape du Giro, Victor Lafay (Cofidis) est passé par là. Mais il n’est pas le seul. Romain Bardet, Pierre Latour, Nans Peters, Benoit Cosnefroy ou dernièrement Aurélien Paret-Peintre et Clément Champoussin pour ne citer qu’eux, sont passés par le Chambéry Cyclisme Formation.

Aujourd’hui devenue AG2R Citroën U23 Team, cette structure a toujours été à part dans le monde du vélo. « On n’a rien inventé. On s’est juste inspiré de ce qu’ont fait d’autres sports collectifs comme le football avec les centres de formation. Le but est d’avoir une bi-qualification pour nos jeunes coureurs », explique Loïc Varnet, directeur de l’entité.

Comprenez, le développement du sportif mais aussi de l’homme, allié à la poursuite d’études secondaires. Si les taux de réussite scolaire sont de 80% depuis la création de structure en 2001, ce n’est jamais facile avec une pratique du cyclisme contraignante. « Nos entraînements sont longs et en journée. C’est plus complexe avec la scolarité. Mais cela rend la démarche un peu plus légitime. Surtout avec la perspective de pouvoir intégrer la section professionnelle d’AG2R Citroën », rajoute Varnet.

Le sourire des coureurs d’AG2R Citroën U23 Team. (ag2r-citroen-u23-team.com)


Lapeira, la nouvelle pépite

Paul Lapeira fait aujourd’hui partie du centre de formation. Il est à l’heure actuelle, l’un des plus grands espoirs tricolores. Le Manchois (comme Cosnefroy) vient de remporter le GP Saint-Etienne Loire (DN1) et une course espoirs en Italie, le GP de l’Industrie et du Commerce de San Vendemiano. Le coureur de 21 ans, pur produit de de la structure (déjà engagé dans les rangs juniors), touche du doigt aujourd’hui son rêve de passer chez les pros. Mais il ne le savait pas avant d’entrer à Chambéry Cyclisme Formation : « C’est vrai que l’on a des des ambitions importantes ici et c’est bien. Mais on sait qu’on ne passera pas tous pros. Donc j’avais à cœur de mener à bien des études qui me plaisent en parallèle ».


« C’est ce qu’on peut avoir de mieux »

Arrivé il y a trois ans, Paul Lapeira n’est pas passé par la case de recrutement, qui vient de démarrer depuis début mai. Mais d’autres sont issus de cette phase importante. On y accorde d’ailleurs une attention particulière. Rien n’est laissé au hasard par Loïc Varnet et son staff : « On recrute essentiellement des coureurs qui auront 19 ans. C’est-à-dire juste après le bac. Même avec le Covid, on garde le même nombre de places disponibles dans la structure ; une quinzaine. Il y a en amont une évaluation du coureur en course, qui est assez restreinte avec la période actuelle. Mais il existe toujours les entretiens avec le staff, un médecin, un psychologue du sport. Et on effectue des tests sur le terrain et sur home-trainer. Mais le plus important reste de savoir si on peut être en phase avec le projet personnel ».

Une enquête minutieuse mais obligatoire. Surtout que les jeunes passent dans une autre dimension. « C’est un format qu’il faut accepter, parce que certains comme moi, sont loin de leur famille. Ce n’est pas toujours facile. Mais avec tous les services qui sont proposés, c’est ce qu’on peut avoir de mieux pour cet âge-là. Quand je vois ma progression depuis mes années juniors… L’équipe y est pour quelque chose », constate Paul Lapeira.


En faire de « meilleurs cyclistes »

Tous les coureurs d’AG2R Citroën U23 Team venus du monde entier (5 nationalités), à quelques exceptions près, sont logés dans le même bâtiment dans la préfecture de Savoie. Un moyen de nouer des liens forts selon l’étudiant en 3ème année de STAPS : « On se croise tous les jours, on roule ensemble. Il y a un esprit de groupe. On est plus qu’une équipe, une bande de copains ».

Des méthodes qui ont fonctionné dans le passé, mais dans lesquelles Loïc Varnet croit dur comme fer : « Lorsqu’ils sont étudiants, ils sont meilleurs cyclistes. On essaye de réduire la dépendance au vélo. Grâce à ça, les coureurs sont plus équilibrés, plus épanouis. Cela permet d’avoir un peu de recul, un échappatoire au vélo. Si on ne proposait que du vélo aux coureurs, on aurait des carrières courtes. Il faut qu’il trouve leur intérêt. On ne transforme pas les coureurs, ce n’est pas le but. Le vélo est un hobby quand ils arrivent et c’est un métier quand ils en sortent ».


Une structure unique

C’est d’ailleurs l’une des différences notables avec les équipes de développement des entités professionnelles. Par exemple, la Groupama-FDJ en France a sa structure en continentale. Mais là encore, Chambéry Cyclisme Formation veut se distinguer. « Une équipe de développement, qui est en continentale, ne prend pas en compte les études des coureurs. C’est cela qui diffère. Le bénéfice de faire des courses de classe 1 chez les pros n’est pas forcément supérieur à l’avantage de faire des études pour nous. C’est un choix », tranche le directeur.

Une analyse partagée par les jeunes membres. Paul Lapeira ne regrette pas de ne pas côtoyer les pros dès le plus jeune âge : « Ça peut paraitre moins bien. Mais c’est aussi bien de se laisser le temps de progresser. On est dans un sport où l’éclosion se fait de plus en plus tôt. Pogacar, Bernal ou Evenepoel, ce sont des exceptions. Il ne faut pas juste se concentrer à devenir pro ».

C’est pourtant l’espoir de toutes les nouvelles recrues d’AG2R Citroën U23 Team. Les prochains Romain Bardet, Benoit Cosnefroy ou Clément Champoussin se cachent toujours quelque part.

Pour faire acte de candidature, c’est ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *