Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Amstel Gold Race 2021 : les tops et les flops

L’Amstel Gold Race a été le théâtre de la revanche du duel van Aert / Pidcock. Il a cette fois tourné à l’avantage du Belge, au terme d’un sprint très litigieux. Et très commenté. Julian Alaphilippe a été décevant, comme le spectacle. C’est l’heure des tops et des flops.

Avec Pidcock, Van aert et Schachmann (à droite) ont été les plus costauds sur cet Amstel Gold Race. Peu de monde avait pronostiqué un podium de l’Allemand au départ. (Sirotti)

Les Tops

Wout van Aert

Wout van aert vit une saison frustrante. Souvent placé, mais rarement gagnant. Jusqu’ici, il avait « seulement » remporté Gand-Wevelgem, deux étapes de Tirreno et le classement par points de la Course des deux mers. Sur la Flèche brabançonne, il avait été dominé par Pidcock au sprint, alors qu’il est réputé meilleur sprinteur. Cette fois, il a battu le jeune britannique, pour quelques millimètres. Au terme d’un sprint très très litigieux. Au point qu’on a dû attendre plusieurs minutes avant de connaître l’identité du vainqueur. Mais le Belge, lui, s’est rassuré avant sa coupure.


Ineos

Une course à la « Wolfpack ». Les Ineos Grenadiers ont souvent été dans les bons coups sur cet Amstel Gold Race. Et ont joué de malice, en suivant les attaques plutôt qu’en les impulsant. Mais surtout, ils étaient les plus forts. Dans le final, ils se retrouvent en large supériorité numérique, avec Pidcock, Carapaz et Kwiatkowski. Une situation idéale qu’ils ont parfaitement exploité. Ils ont attaqué à tour de rôle, jusqu’à ce que Pidcock s’isole avec van Aert et Schachmann. Sur la Flèche Brabançonne, le cyclo-crossman avait pris le dessus sur van Aert. Cette fois, c’est le Belge qui s’est imposé.


Maximilian Schachmann

C’est LA surprise de cet Amstel Gold Race. Hormis en 2019 (3e de Liège, 5e de la Flèche Wallonne et de l’Amstel), Maximilian Schachmann n’avait pratiquement aucune référence sur les Ardennaises. On ne s’attendait donc pas à le voir aussi performant sur l’Amstel. Et ce, d’autant plus qu’il a très peu couru cette saison (Tour du Pays-Basque, Paris-Nice, qu’il a remporté, et Milan-San Remo). Mais force est de constater que l’Allemand est parti pour renouveler sa campagne de 2019. Costaud, il est passé plusieurs fois à l’attaque, tentant même d’anticiper dans le final. Sa troisième place est prometteuse avant la Flèche Wallonne. Il faudra le surveiller de près.

Les Flops

Julian Alaphilippe

Ses propos en conférence de presse étaient-ils un coup de bluff ? Avant l’Amstel, Julian Alaphilippe avaient affirmé que ses sensations étaient bien meilleures qu’au Tour des Flandres. Laissant espérer un champion du monde jouant les premiers rôles. Et sur cette première Classique Ardennaise, du bluff, il en a usé et abusé, restant totalement caché dans le peloton jusqu’au dernier tour. Bien, pas bien ? Inquiétant, coup de génie ? Le verdict est vite tombé : lorsque la sélection a été faite, Julian Alaphilippe a très vite dévoilé ses limites. Le Français était hors du coup. Sa 6e place à l’arrivée est anecdotique. Même si l’Amstel est la course qui lui correspond le moins dans ce triptyque ardennais, ce n’est pas rassurant avant la Flèche Wallonne de mercredi…


La course en circuit

Le constat n’est pas nouveau : une course en circuit peut être très pauvre en spectacle. On le voit régulièrement en championnat du monde. Cette Amstel à la sauce Covid n’a pas échappé à la règle. La course a ronronné jusque dans les derniers tours, les favoris ne voulant pas se dévoiler. Pire, il a fallu attendre l’ascension de la dernière difficulté pour voir, enfin, le scénario se décanter. On a même craint un moment assister à un sprint massif à 40 coureurs. On se serait cru sur Milan San-Remo. Allez, on oublie et on retrouve au plus vite le « vrai » tracé de l’Amstel Gold Race ! On retiendra bien plus la photo-finish que le spectacle de cette édition. C’est dire…


Marc Hirschi

Le Tour du Pays Basque, le Tour de Catalogne et…. C’est tout. Cette saison, Marc Hirschi court très peu. Et reste très discret. Sa condition physique était donc une énigme. On est désormais fixés : le Suisse n’est pas dans sa meilleure forme. Hors du coup sur l’Amstel, il était présent avec les poursuivants dans le final, mais est resté assez discret. Il a d’ailleurs économisé ses forces dans le sprint, terminant au-delà de la 30e place. Il lui faudra probablement accumuler les jours de course pour retrouver le rythme.

One thought on “Amstel Gold Race 2021 : les tops et les flops

  1. Le sprint n’est en rien litigieux…. Il est propre et net. Le résultat est moins clair sauf sur la photo finish.
    L’utilisation de pareil terme n’est pas des plus judicieux si l’on veut calmer les esprits.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *