Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Amstel Gold Race (F) : éternelle Marianne Vos !

Marianne Vos remporte l’Amstel Gold Race 2021 au terme d’une très belle course de mouvements. La Néerlandaise a profité du regroupement dans le dernier kilomètre pour s’imposer au sprint. La première Française, Juliette Labous, est 16e.

Marianne Vos remporte l’Amstel Gold Race


La course : du mouvement et du vent

Pas de grasse matinée pour les femmes ce dimanche, mais un menu copieux et peu digeste au réveil. Au programme : 116 kilomètres sur un circuit à parcourir 7 fois avec l’enchaînement des ascensions du Bemelerberg, du Cauberg et du Geulhemmerberg.

Le parcours de l’Amstel Gold Race féminine (Procyclingstats)


La course se décante loin de l’arrivée. A 80km, les principales favorites se retrouvent déjà à l’avant sous l’impulsion de la championne du monde Anna van der Breggen. Annemiek van Vleuten, Elisa Longo Borghini ou Marianne Vos sont là… tout comme Audrey Cordron-Ragot et Juliette Labous, deux des quatre Françaises au départ. A 50 km de l’arrivée, elles sont donc une cinquantaine à naviguer en tête de course. Le peloton des battues est lui relégué à plus d’1’30.


Malgré quelques tentatives, dont une d’Audrey Cordon-Ragot, personne n’arrive à faire la différence jusqu’à la violente accélération d’Annemiek van Vleuten dans le Cauberg. Cette relance a le mérite de faire le ménage et d’éliminer notamment la championne du monde Anna van der Breggen ! A deux tours de l’arrivée, elles ne sont plus qu’une vingtaine à ouvrir la route dont une Française : Juliette Labous, la tricolore la plus performante sur les Ardennaises en 2020.

Brown tente le coup


Deux coureuses vont alors profiter du marquage dans la plaine pour s’extirper à l’avant de la course : l’Australienne Grace Brown et la Néerlandaise Pauline Rooijakkers. Au pied du Cauberg, les deux femmes comptent 30″ d’avance sur leurs poursuivantes. Encore une fois, c’est Annemiek van Vleuten qui impose le tempo dans le Cauberg. Mais au passage sur la ligne, le duo de tête compte toujours un petit matelas.


Le duo se transforme rapidement en une aventure en solo pour Grace Brown, Pauline Rooijakkers ne pouvant suivre le rythme imposé. L’Australienne résiste bien à la chasse menée par les équipes Trek Segrafredo, Liv Racing et Movistar. Elle se présente au pied du Bemelerberg avec 20″ d’avance et maintient le même écart au sommet.

Le Cauberg en juge de paix


Les espoirs de Grace Brown s’envolent finalement avant même le Cauberg. L’Australienne bute seule face au vent et ne peut contenir le retour du groupe des favorites. Tout va donc se jouer dans le Cauberg !

Annemiek van Vleuten accélère dès le pied, mais la Néerlandaise craque. Katarzyna Niewiadoma, lauréate en 2019, passe alors à l’attaque, suivie par Elisa Longo Borghini. L’Italienne, moins rapide au sprint, tente en vain de partir seule. Le duo se présente sous la flamme rouge, mais ne parvient pas à collaborer, ce qui favorise le retour d’un petit groupe. Marianne Vos n’en demandait pas tant. Plus rapide, la coureuse de la Jumbo Visma vient régler ses compatriotes Vollering et van Vleuten sur la ligne.

La décla

« Dans les trois derniers tours, c’était le mode survie activé et j’essayais au maximum de suivre. C’était vraiment dur. Dans la dernière montée, j’ai tout donné, mais les filles de devant étaient au-dessus. C’est encore un peu trop explosif pour moi. Je suis quand même contente, je pense que j’ai fait une belle course ».

Juliette Labous, 16e et première Française.

Le chiffre

5

Les Pays-Bas comptent désormais 5 victoires en 7 éditions de l’Amstel Gold Race. Mieux, c’est la première fois que trois Néerlandaises se partagent les trois premières marches du podium.

Les classements

2 thoughts on “Amstel Gold Race (F) : éternelle Marianne Vos !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *