Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Ardennaises vs Flandriennes : quelle classique réussit aux Français ?

Avec ses nombreux puncheurs et grimpeurs, et ses coureurs de Grands Tours, les Français semblent destinés à briller davantage sur les Ardennaises que sur les Flandriennes. Mais dans les faits, dans quelles classiques brillent Alaphilippe et consorts : Liège ? Paris-Roubaix ? Nous avons comparé leurs résultats sur la dernière décennie.

Sur la dernière décennie, Julian Alaphilippe est le seul Français à avoir remporté une Classique. Laquelle ? Indice : ce n’est pas celle-ci. (Sirotti)

2010 – Flandriennes 1-0 Ardennaises

Sylvain Chavanel loupe ses Flandriennes en 2010, comme sur ce Tour des Flandres. (Sirotti)

Les Français passent à côté de leurs campagnes de classiques. Sur les Flandriennes, seuls deux coureurs intègrent le top 10 : Sébastien Hinault, 9e de Paris-Roubaix, et William Bonnet, 10e du Tour des Flandres. Les tricolores jouent les seconds rôles (5 hommes dans le top 20 de Paris-Roubaix).

Un homme illustre cette déroute : Sylvain Chavanel. Brillant en 2009 (5e de la E3 Saxo Bank Classic, anciennement GP E3 et 8e de Paris-Roubaix), il est constamment relégué au-delà de la 20e place. Il est même privé d’Enfer du Nord par Patrick Lefévère, son directeur sportif. Ce dernier évoquera des douleurs au dos pour justifier ces contre-performances.

Et les Ardennaises ne sont guères plus brillantes pour les Français. Ce chiffre est révélateur : seulement cinq coureurs dans le top 20, au cumulé des trois courses. Pire, un seul est dans les dix premiers (Voeckler, 10e de Liège-Bastogne-Liège). Un bilan similaire à la saison 2009. Seul Benoit Vaugrenard avait fait un top 10, sur Liège (8e).

2011 – Flandriennes 2-0 Ardennaises

En 2011, Sylvain Chavanel est à deux doigts de décrocher un Monument, le Tour des Flandres. Battu au sprint par Nick Nuyens. (Sirotti)

En 2011, le bilan des Français sur les Flandriennes est bien meilleur. Comme le bon vin, ils se bonifient au fil des Classiques. Sur la E3 Saxo Bank Classic, William Bonnet est 6e, Sébastien Hinault 8e. Lloyd Mondory accroche une 5e place sur Gand-Wevelgem. Mais la grosse perf’, elle est pour Sylvain Chavanel. En grande forme ce jour-là, le sextuple champion de France du contre-la-montre échoue à la deuxième place du Tour des Flandres. Enfermé dans les balustrades, il est battu au sprint par Nick Nuyens. « Gagner aurait changé ma carrière », confia-t-il à Ouest-France en 2017.

Les 5 derniers kilomètres du Tour des Flandres 2011 :

Les tricolores fléchissent seulement sur Paris-Roubaix. Le lauréat de l’édition 1997, Frédéric Guesdon, premier français, n’est que 11e.

Le bilan des Ardennaises, lui, est similaire à celui de 2011 : décevant. Un seul coureur dans le top 10 : Christophe Le Mével, 9e de la Flèche Wallonne. Sur les autres classiques, ils sont loin des meilleurs, notamment sur Liège-Bastogne-Liège (Jérôme Pineau 20e, Jonathan Hivert 34e). Sur l’Amstel Gold Race, Chavanel est 11e. Une campagne à oublier pour le camp français.


2012 – Flandriennes 2-1 Ardennaises

Très à l’aise sur les Flandriennes cette année-là,, Thomas Voeckler s’offre une semi-classique en 2012. (Sirotti)

2012, c’est LA saison de Thomas Voeckler sur les classiques. Il y obtient d’ailleurs les meilleurs résultats de sa carrière. D’abord, sur les Flandriennes. Le puncheur d’Europcar prend la 8e place du Tour des Flandres, malchanceux, déjà : après avoir accéléré dans le Kruisberg, il est victime d’une crevaison. Avant d’être gêné par une chute dans le Vieux Quaremont.

Une semaine plus tard, il remporte une semi-classique, la Flèche Brabançonne, en solitaire.

Le final de La Flèche Brabançonne 2012 :

Le show Voeckler se poursuit sur les Ardennaises. Quelques jours après la Brabançonne, il se présente au départ de l’Amstel. Encore gêné par une chute, dans le final cette fois, il prend la 5e place. Soit le meilleur résultat d’un coureur français dans une Classique Ardennaise depuis douze ans, et la 3e place de Laurent Jalabert, en 2000, sur la Flèche Wallonne.

Une semaine plus tard, il échoue au pied du podium sur Liège-Bastogne-Liège (4e), après être tombé dans la côte de La Redoute. Au sprint, Gasparotto le prive d’un rien d’un podium sur La Doyenne.

Côté Français, les Flandriennes sont aussi marquées par le très beau Paris-Roubaix de Sébastien Turgot. Le coureur d’Europcar – décidément – prend une excellente deuxième place, au sprint. Le premier podium français sur l’Enfer du Nord depuis la victoire de Frédéric Guesdon, en 1997.

Le résumé de Paris-Roubaix 2012 :


2013 – FLANDRIENNES 3-1 Ardennaises

Damien Gaudin (ici, dans le Carrefour de l’Arbre), premier Français sur Paris-Roubaix.

En 2013, « Ti Blanc » ne réitère pas ses performances. La faute à une lourde chute sur l’Amstel. Il en repart avec une fracture de la clavicule droite. Et laisse ses illusions sur les routes néerlandaises. Il passe tout même très proche d’une victoire, quelques jours avant cette chute, sur une semi-classique, À Travers la Flandre. Alors que la victoire lui tend les bras, il est victime de crampes dans les derniers mètres. Il est finalement cinquième.

Le final d’À Travers la Flandre 2013 :

Cette saison-là, le bilan des Français sur les Flandriennes est plus qu’honorable. C’est simple : ils ne sont jamais sortis du top 6. Sylvain Chavanel est 6e de l’E3 Saxo Bank Classic ; Mathieu Ladagnous, 6e de Gand-Wevelgem, puis 5e du Tour des Flandres. Et, enfin, sur Paris-Roubaix, Damien Gaudin termine 5e.

Des performances qui contrastent fortement avec celle des Ardennaises. Privés de Thomas Voeckler, donc, ils signent leurs plus mauvais résultats depuis 2010. Aucun français dans les 20 premiers de l’Amstel (Vaugrenard est 22e) ; Sur la Flèche Wallonne, le premier Français, Tony Gallopin, n’est que 16e ; À Liège, Benoit Vaugrenard reste aux portes du top 10 (11e).


2014 – Flandriennes 4-1 Ardennaises

Dès sa troisième participation, Arnaud Démare monte sur le podium de Gand-Wevelgem. Deuxième, derrière Degenkolb. Et devant Sagan. (Sirotti)

Et la saison 2014 est dans la même veine. Le camp tricolore peine toujours à exister sur les Ardennaises. Comme un symbole, ils réalisent un joli tir groupé sur Liège-Bastogne-Liège. Mais loin des meilleurs : Romain Bardet, 10e et premier tricolore ; Cyril Gautier, 14e ; Rudy Molard, 16e ; Anthony Roux, 18e. Pire, un seul coureur intègre le top 20 sur l’Amstel (Anthony Roux, 15e) et sur la Flèche Wallonne (Rudy Molard, 18e). Encore une campagne à oublier.

Pendant ce temps-là, ils s’éclatent sur les Flandriennes. Tony Gallopin est 6e de la E3 Saxo Bank Classic. Mais, surtout, Arnaud Démare passe tout près de remporter sa première grande Classique, à 22 ans. Le futur champion de France du Futuroscope est deuxième de Gand-Wevelgem, battu au sprint par John Degenkolb. Petite déception en revanche sur le Tour des Flandres (Vincent Jérôme est 11e) et sur Paris-Roubaix (Arnaud Démare est 12e, après avoir subi une chute et plusieurs crevaisons). Cette saison-là, le Picard remporte 15 victoires.

Le final de Gand-Wevelgem 2014 :


2015 – Flandriennes 4-2 Ardennaises

Julian Alaphilippe ne peut masquer sa déception : Alejandro Valverde vient de le priver d’un premier Monument, sur Liège-Bastogne-Liège. (Sirotti)

2015, c’est le point de bascule de la décennie. Jusque-là meilleurs sur les Flandriennes, les tricolores voient la tendance s’inverser. C’est simple : à une exception près, de 2015 à 2020, ils ne quitteront plus jamais le top 7 des Classiques Ardennaises.

Cette nouvelle tendance coïncide avec l’avènement d’un phénomène : Julian Alaphilippe. Lors de sa troisième saison professionnelle, le puncheur se révèle, à 22 ans. 7e de l’Amstel Gold Race, juste derrière Tony Gallopin, meilleur tricolore ce jour-là, il prend la deuxième place de la Flèche Wallonne, derrière Alejandro Valverde. Et rivalise encore avec les meilleurs sur Liège-Bastogne-Liège. Il est 2e, encore, s’inclinant une nouvelle fois face à l’Espagnol. Mais on comprend, à ce moment-là, que le cyclisme français détient une nouvelle pépite.

Il dépoussière les statistiques : 2e de Liège, aucun tricolore n’avait fait aussi bien depuis… Le siècle dernier, et la 2e place de Laurent Jalabert, en 1998. Et dire que sur ces Ardennaises, à la base, il n’était que l’équipier de Michal Kwiatkowski… Alaphilippe apprend très vite.

Le résumé de Liège-Bastogne-Liège 2015 :

Sur les Flandriennes, en revanche, c’est la soupe à la grimace. Pour la première fois depuis 2010, aucun français n’intègre le top 10. La meilleure performance, c’est cette 15e place d’Arnaud Démare sur Gand-Wevelgem. Yoann Offredo, sur l’E3 Saxo Bank Classic (16e), Florian Sénéchal (17e) sur Paris-Roubaix et Démare, encore lui, sur le Tour des Flandres (23e) ont dû se contenter de places d’honneur anecdotiques. Quand on vous disait que la tendance s’inversait.


2016 – Flandriennes 4-3 Ardennaises

La jeunesse française a le vent en poupe. À seulement 23 ans, Bryan Coquard est 4e de l’Amstel Gold Race. (Sirotti)

Après la révélation, la confirmation. Sur ces Ardennaises, Julian Alaphilippe démontre que ses prouesses de l’an passé n’étaient pas des exploits sans lendemain. Si un autre jeune français prometteur, Bryan Coquard (23 ans), fait mieux que lui sur l’Amstel (4e, Alaphilippe 6e), il est bien le tricolore le plus en vue sur la Flèche Wallonne. 2e, comme en 2015. Une nouvelle fois, son bourreau s’appelle Valverde, nouveau recordman de l’épreuve avec ses quatre succès.

Ça se passe moins bien sur Liège, couru dans des conditions dantesque – neige, pluie – où Alaphilippe ne se classe que 23e. 9e de la Flèche Wallonne quelques jours plus tôt, Warren Barguil est le seul Français à intégrer le top 10 (6e).

Le résumé de la Flèche Wallonne 2016 :

Des Français qui retrouvent des couleurs sur les Flandriennes, grâce à Arnaud Démare. Le sprinteur de la Groupama-FDJ est 5e de Gand-Wevelgem, réglant le sprint du peloton, loin derrière Peter Sagan. Et derrière ? Le désert, ou presque. Seul Adrien Petit intègre un top 10, sur Paris-Roubaix (10e). Tous les autres sont au-delà de la 20e place, toutes courses confondues. Cette année-là, Damien Gaudin est à la fois le meilleur français sur la E3 Saxo Bank Classic (26e) et le Tour des Flandres (31e).


2017- Flandriennes 4-4 Ardennaises

En 2017, Arnaud Démare (ici dans le secteur d’Auchy-Lez-Orchies) réalise son meilleur Paris-Roubaix : 6e. (Sirotti)

Cette fois, les Ardennaises réussissent un peu moins bien aux Frenchies. Pas de podium, contrairement à 2015 et 2016. Mais de belles places d’honneur. Après un Amstel discret (Arthur Vichot 14e, Anthony Roux 28e), ils sont trois dans les dix premiers de la Flèche Wallonne : Warren Barguil est 6e, Rudy Molard 8e. David Gaudu, néo-pro, est 9e, après avoir attaqué Alejandro Valverde dans l’ultime ascension du Mur de Huy. À Liège, Romain Bardet est 6e, comme en 2015.

Et sur les Flandriennes, ça va un peu mieux. Ils brillent à nouveau sur Paris-Roubaix. Avec un joli tir groupé : Arnaud Démare 6e, Adrien Petit 9e, Florian Sénéchal 12e, Yoann Offredo 14e et Sylvain Chavanel 19e. Une bonne performance qui ne suffit pas, cependant, à faire oublier une campagne de Classiques en demi-teinte. Chavanel 9e du Tour des Flandres, Christophe Laporte 15e de Gand-Wevelgem. Et aucun Français dans le top 20 de la E3 Saxo Bank Classic. Comme en 2016 (Olivier Le Gac, premier français, n’est que 29e).


2018 – Ardennaises 5-4 Flandriennes

Julian Alaphilippe exulte au sommet du Mur de Huy : il vient de remporter sa première Flèche Wallonne. (Sirotti)

Julian Alaphilippe a une revanche à prendre. Contraint de zapper les Ardennaises en 2017, après une lourde chute sur le Tour du Pays Basque qui a gâché une partie de sa saison, le Français a faim. Et ça se voit. 7e de l’Amstel, il remporte, quelques jours plus tard, sa toute première Classique Ardennaise : la Flèche Wallonne, 21 ans après Laurent Jalabert. Bien calé dans la roue du Belge Jelle Vanendert (Lotto-Soudal) au sommet du Mur de Huy, il le déborde à quelques mètres de la ligne. Et bat enfin Valverde, « seulement » deuxième.

Le résumé de la Flèche Wallonne, remportée par Julian Alaphilippe :

En cas de succès à Liège, Julian Alaphilippe peut réaliser le doublé, et rejoindre un cercle très fermé : seuls sept coureurs ont gagné consécutivement la Flèche Wallonne et « La Doyenne ». Parmi eux, Eddy Merckx, Philippe Gilbert et Alejandro Valverde. Mais c’est un autre membre du « Wolfpack », Bob Jungels, qui décroche le Monument. Actif dans le final, Romain Bardet est 3e, battu au sprint par Michael Woods. Julian Alaphilippe est 4e.

Les années se suivent et se ressemblent pour les Français sur les Flandriennes. Comme en 2014, en 2015, en 2016 et en 2017, Arnaud Démare est le meilleur tricolore. Mais une fois de plus, il est battu sur Gand-Wevelgem (3e), au sprint, par Peter Sagan et Elia Vivani. Christophe Laporte est 4e.

Et comme les saisons précédentes, c’est le seul top 10 français sur ces Flandriennes. Démare est 15e du Tour des Flandres, Sénéchal 16e de la E3 Saxo Bank Classic. La palme, elle est pour Paris-Roubaix : aucun tricolore dans les 20 premiers. Le premier à franchir la ligne, Marc Sarreau, n’est que 26e, loin devant les frères Turgis, Tanguy (42e) et Jimmy (43e). Tombé, puis victime de problèmes mécaniques, Démare finit très loin, 61e à près de 13 minutes. Ce jour-là, les Français ont vraiment vécu l’enfer dans le Nord.


2019 – Ardennaises 6-4 Flandriennes

Alaphilippe-Fulgsang, le duo star des Ardennaises en 2019. Pour le meilleur… Et pour le pire. Ici, sur la Flèche Wallonne. (Sirotti)

En 2019, Julian Alaphilippe est inarrêtable. 12 victoires, dont un premier Monument, sur Milan-San Remo, et les Strade Bianche ; 14 jours en jaune sur le Tour de France, achevé à la 5e place du général. Et une campagne des Ardennaises en demi-teinte. Sur l’Amstel, échappé avec Jakob Fulgsang, il possède une avance confortable sur les autres favoris. Encore 30” à 7 km de l’arrivée. La victoire ne semble pas pouvoir leur échapper. Et pourtant, l’improbable se produit. À force de se neutraliser, de temporiser, le Français et le Danois se font rattraper dans le dernier kilomètre. À l’arrivée, un sprint final. Et des regrets éternels pour Julian Alaphilippe, qui n’est même pas sur le podium. Quatrième, battu au sprint par Mathieu van der Poel.

Le final de l’Amstel Gold Race : Alaphilippe y a cru, mais…

Mais Julian Alaphilippe se rattrape quelques jours plus tard sur la Flèche Wallonne. Sur un nouveau tracé, encore plus exigeant, il se retrouve à nouveau avec Fuglsang dans le final. Et, cette fois-ci, il ne laisse pas passer sa chance. Dans le Mur de Huy, il revient sur le Danois et le saute sur la ligne. Il devient le premier Français à remporter l’épreuve deux fois d’affilée. Plus en retrait à Liège, il ne termine que 16e. David Gaudu, lui, confirme tout son potentiel, prenant une prometteuse 6e place.

2019, c’est aussi le réveil des tricolores sur les Flandriennes. Après le flop de 2019, ils retrouvent de leur superbe sur Paris-Roubaix : ils sont cinq dans les 20 premiers, le mieux classé – et le seul dans le top 10 – étant Florian Sénéchal (6e). C’est aussi la place d’Adrien Petit à Gand-Wevelgem. Sur les autres Classiques, le bilan est moins reluisant : aucun coureur dans le top 20. Florian Sénéchal est 25e de la E3 Saxo Bank Classic, et Damien Gaudin 23e du Ronde.


2020 – Ardennaises 7-5 Flandriennes (match nul)

Les Français ne feront pas la passe de trois sur la Flèche Wallonne : dans le Mur de Huy, Benoit Cosnefroy est trop court face à Marc Hirschi. (Sirotti)

Les Français confirment leur retour au premier plan sur les Flandriennes. Dans une saison tronquée – déjà – par la pandémie de Covid-19, le peloton est privé de deux Classiques : l’E3 Saxo Bank Classic et, surtout, Paris-Roubaix. Gand-Wevelgem et le Tour des Flandres sont alors disputés en toute fin de saison, au mois d’octobre. Et voit les tricolores passer tout près de la victoire. Sur Gand-Wevelgem, d’abord, Florian Sénéchal est deuxième, battu au sprint par l’ancien champion du Monde, Mads Pedersen.

Le final de Gand-Wevelgem :

Une semaine plus tard, Julian Alaphilippe, qui surfe sur son titre de champion du Monde, voltige sur le Tour des Flandres. Après avoir fait la sélection dans le Koppenberg, il s’échappe avec Wout van Aert et Mathieu van der Poel. La suite, on la connaît : à 35 km de l’arrivée, il percute une moto de l’organisation et abandonne, lourdement touché. Saison terminée. Van der Poel s’impose devant Van Aert, pour quelques millimètres, après un sprint épique. Le premier Français, Anthony Turgis, est 4e. Florian Sénéchal est 12e.

Scénario similaire sur les Ardennaises. Alors que l’Amstel est annnulé, Benoit Cosnefroy frôle sa plus belle victoire chez les professionnels, 2e de la Flèche Wallonne, battu au sommet du Mur de Huy par Marc Hirschi. Warren Barguil est 4e.

Le résumé de La Flèche Wallonne 2020 :

Quatre jours plus tard, nouvelle déception pour Julian Alaphilippe, sur Liège-Bastogne-Liège cette fois. Après avoir fait la sélection à 14 km de l’arrivée, il joue la gagne face à Roglic, Hirschi, Pogacar, Mohoric et Kwiatkowski. Au sprint, le récent champion du Monde est le plus fort. Il lève les bras, pensant avoir gagné. Mais… Trop tôt. Le Français est dépassé sur la ligne par Primoz Roglic. Il est même déclassé, coupable d’une vague dans le sprint, ayant gêné Hirschi. Il est finalement 5e.

Le résumé de Liège-Bastogne-Liège 2020 :

En résumé, sur les dix dernières années, les Français ont été plus performants sur les Ardennaises que sur les Flandriennes. Mais à partir de 2015, seulement.


Pour finir, quelques chiffres :

Un seul coureur a remporté une classique sur la décennie : Julian Alaphilippe. Deux fois. Et toujours sur les Ardennaises.

Sur la décennie, les Français ont obtenu plus de podiums sur les Ardennaises (7) que sur les Flandriennes (4). Dont 5 pour le seul Julian Alaphilippe.

Si les Français ont peu gagné, ils ont souvent été bien placés. Sur les Ardennaises, ils ont cumulé 33 tops 10, et 14 tops 5. Sur les Flandriennes, on relève 33 tops 10 et 11 tops 5.

C’est bien en 2015 que la tendance s’inverse. Avant 2015, il n’y avait que 5 tops 10 sur les Ardennaises. Entre 2015 et 2020, inclus, il n’y a eu que 11 tops 10 sur les Flandriennes.


One thought on “Ardennaises vs Flandriennes : quelle classique réussit aux Français ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *