Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Audrey Cordon-Ragot : « Ce maillot tricolore me transcende »

Elle est l’une des têtes d’affiche du cyclisme français, depuis plusieurs saisons. Après les Ardennaises, Audrey Cordon-Ragot (Trek-Segafredo) se confie. Son rôle au sein de la Trek, ses objectifs, ce maillot de championne de France, sa relation avec Juliette Labous… Elle n’élude aucun sujet.

Audrey Cordon-Ragot sur la Flèche Wallonne 2021, deuxième acte du triptyque des classiques ardennaises. (A.S.O./Gautier Demouveaux)

Vous avez fait vos premiers pas en tant que consultante, sur Eurosport, à l’occasion de Liège-Bastogne-Liège. Vous sembliez très à l’aise ! Comme si vous faisiez ça depuis toujours. 

Il y a eu de très bons retours, c’est vrai. Je suis contente de ma première expérience sur Eurosport. Après, j’avais déjà fait quelques commentaires, notamment pour France 3 Bretagne, donc je connaissais un peu le système. Mais ça m’a plu, c’était sympa. 


Vous évoquiez déjà ce projet de devenir consultante dans une interview à Ouest-France, en février dernier. C’est un de vos plans après votre carrière ? 

Pourquoi pas. Je n’ai pas encore trop réfléchi à ce que je voulais faire, mais ça peut éventuellement être une piste. Peut-être pas à plein de temps, plutôt de temps en temps. Je pense que le cyclisme féminin sera de plus en plus mis en avant dans les médias. Et donc, ce sera important d’avoir du monde qui connaît vraiment le cyclisme féminin et peut en parler. Marion Rousse et Claire Bricogne, qui sont très compétentes, ont montré la voie. On a envie d’être au moins aussi compétentes qu’elles. 


« Elisa Longo-Borghini ira chercher des victoires cette saison »


Le début de saison de la Trek-Segafredo est réussi : quatre victoires, dont la Flèche Brabançonne et le Trofeo Alfredo Binda. Mais aussi, 2e des Strade Bianche et 3e de la Flèche Wallonne, de Liège… 

On a rempli nos objectifs, en ramenant de belles classiques. C’est une très bonne chose pour nous. Maintenant, on va se focaliser sur la suite de la saison et essayer d’aller chercher d’autres belles victoires.  


Votre leader, l’Italienne Elisa Longo-Borghini, est en grande forme. Elle joue les premiers rôles. Que lui manque-il pour gagner davantage ? Est-ce une question de tactique ? 

Tactiquement, elle fait des erreurs parfois. Dans le feu de l’action, ce n’est pas toujours évident de choisir les meilleures options. Mais physiquement elle est là, et les podiums (3e de Liège-Bastogne-Liège, dimanche) qu’elle vient de faire vont lui donner de la confiance. Elle ira chercher des victoires cette saison. 

Audrey Cordon-Ragot échappée lors de la Course by Le Tour, en 2019. (A.S.O./Thomas MAHEUX)


« Être en tête du Tour des Flandres, c’est vraiment un honneur »

Et vous avez eu un rôle important sur certaines courses, notamment sur le Trofeo Afredo Binda et la Flèche Wallonne.  

J’ai plutôt un rôle de coéquipière sur ces courses. Un travail qui n’est pas toujours mis en avant et qu’on voit peu à la télévision malheureusement. Car souvent, on ne voit que la fin de la course. Mais c’est un travail important, qu’on essaye de faire au mieux. Je suis très fière de contribuer à la réussite de cette équipe. 


À titre personnel, vous avez réalisé un sacré numéro sur le Tour des Flandres, seule en tête pendant plus de 20 kilomètres dans le final. Avec le maillot de championne de France, ça doit être quelque chose… 

C’est très grisant. C’est une des plus belles, voire LA plus belle classique pavée qui existe aujourd’hui. Être à l’avant sur cette course, c’était vraiment un honneur. J’en ai profité du début à la fin. On pense à quoi à ce moment-là ? À appuyer très fort sur les pédales, et à rien d’autre. On est tellement en souffrance. On a mal aux jambes, on essaye de se concentrer sur les petits détails qui font qu’on ira plus loin dans la course. Mais il n’y a pas un moment où je me suis dit que j’irais un bout. Si je faisais ce travail, c’était avant tout pour la stratégie d’équipe.  


N’est-ce pas frustrant de ne pas être davantage leader quand on porte la tunique tricolore ? Même au sein de la Trek-Segrafredo ? 

C’est moi qui l’ai choisi ce rôle, d’être capitaine de route et coéquipière dans la meilleure équipe du monde. J’aurais pu aussi partir dans une équipe pour être leader. C’est vrai que sur certaines courses, j’ai eu de très bonnes sensations, peut-être meilleures que certaines leaders de l’équipe. Mais c’est le jeu. Je fais mon job, en espérant que ça sourira un jour. 


« Le Giro, je n’y participerai pas. C’est un choix de ma part »


Porter ce maillot bleu-blanc rouge en course, j’imagine que c’est très spécial…  

C’est vraiment un honneur de le porter, j’en suis très fière. J’essaye de le mettre à l’honneur en attaquant, en étant offensive, en montrant que la championne de France peut être à l’avant de la course. C’est important pour moi de le montrer de la meilleure des manières. 

Quadruple championne de France du contre-la-montre sur route, Audrey Cordon-Ragot espère reconquérir son titre, en juin, à Épinal. Et conserver sa tunique dans l’épreuve en ligne. (Jojo Harper)


Marc Madiot disait qu’en le portant, « on se transforme ».  

Je pense qu’il a raison. Quand on le porte, on se transcende, on a envie de donner encore plus. On n’a pas envie de voir un maillot bleu-blanc-rouge à l’arrière du peloton, ou en difficulté. C’est une motivation supplémentaire, c’est évident.


Et cette année, le parcours des France, à Épinal, tracé pour les grimpeurs, peut vous convenir. 

Il peut me convenir en effet. Je n’ai pas été le repérer, mais c’est un parcours qui a l’air difficile sans trop l’être. Ce sera un tracé usant, il faudra avoir les bonnes jambes le Jour-J. J’ai hâte d’y être et de tenter de conserver ce maillot.  


Cette saison, quel est votre plus gros objectif  ? Les Jeux Olympiques à Tokyo ? Le Giro ? La Course by le Tour ? Les France ? 

Vu qu’on ne sait pas encore qui ira aux Jeux Olympiques – la France ne pourra envoyer qu’une seule coureuse – c’est compliqué de se projeter sur cette Olympiade à Tokyo. Le Giro, je n’y participerai pas  :  c’est un choix de ma part. Le premier objectif, ce sera donc les Championnats de France. Et ensuite les championnats internationaux, notamment les Europe et les Mondiaux.  

« Je l’ai choisi ce rôle, d’être capitaine de route et coéquipière dans la meilleure équipe du monde. » (A.S.O./Gautier Demouveaux)


« Les Françaises peuvent jouer les premiers rôles lorsqu’elles sont leader, on le voit avec Juliette Labous »


La Course by le Tour à domicile, en Bretagne, forcément ça vous fait rêver…  

C’est vrai que c’est motivant de courir à domicile. Ça aurait été encore mieux si la course pouvait se terminer en haut du Mûr de Bretagne, mais ça restera une très belle journée pour le cyclisme français et le cyclisme breton. 


Parmi vos concurrentes pour une place aux JO, il y a notamment Juliette Labous. Comment vivez-vous son éclosion ? 

C’est une très bonne chose ! Je suis très heureuse de voir que d’autres Françaises arrivent sur le devant de la scène internationale, c’est très important pour la France. Pour qu’on puisse continuer de progresser, de faire monter le niveau. Je suis très fière de voir Juliette Labous terminer 6e de cette Flèche Wallonne, c’est une performance de haut niveau. Ça prouve qu’en tant que Françaises, on peut jouer les premiers rôles lorsqu’on a la chance d’être protégée dans son équipe.  


Y a-t-il une rivalité entre vous  ? Elle vous a battu, il y a un an, aux France, lors du contre-la-montre. 

C’est évident qu’il y a de l’adversité, comme avec toutes les autres Françaises, à longueur d’année. Mais avec Juliette, c’est une concurrence très saine  : on a une très bonne relation et très saine en Équipe de France.   


Vous avez 31 ans. Comment voyez-vous votre avenir ? Poursuivre chez Trek-Segafredo ? Être leader dans une autre équipe ? 

J’ai encore un an de contrat chez Trek-Segafredo. On verra après pour la suite !

2 thoughts on “Audrey Cordon-Ragot : « Ce maillot tricolore me transcende »

  1. Très bon commentaire Audrey. Tu portes très haut le cyclisme féminin. Bonne continuation pour la suite de ta saison .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *