Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Axel Merckx : « Liège-Bastogne-Liège c’était ma course favorite »

Il n’a pas réussi à la gagner, comme l’a fait son père, mais Axel Merckx a été un animateur de Liège-Bastogne-Liège. Le puncheur belge, adepte des courses d’un jour, a brillé sur différents parcours. Mais c’est La Doyenne qui trouve grâce à ses yeux. Une épreuve où il a terminé deux fois dans le Top 10, à chaque fois en travaillant pour son leader. Retour sur ces deux éditions avec le médaillé de bronze des Jeux Olympiques d’Athènes.

Il n'a pas réussi à la gagner, comme l'a fait son père, mais Axel Merckx a été un animateur de Liège-Bastogne-Liège. Le puncheur belge, adepte des courses d'un jour, a brillé sur différents parcours. Mais c'est la Doyenne qui trouve grâce à ses yeux. Une épreuve où il a terminé deux fois dans le Top 10, à chaque fois en travaillant pour son leader. Retour sur ces deux éditions avec le médaillé de bronze des Jeux Olympiques d'Athènes.
5ème de Liège-Bastogne-Liège 2000, Axel Merckx avait les jambes pour l’emporter cette année-là (Crédit : Sirotti)


Pas évident de se faire un prénom quand son patronyme est aussi illustre. Malgré tout, Axel Merckx reste l’un des coureurs belges les plus en vue des années 90. Capable de terminer dans le top 10 d’un Grand Tour (10e du Tour 1998), il brillait surtout sur les courses d’un jour. Souvent cantonné à un rôle d’équipier, il n’y a certes pas toujours eu la victoire au bout. Malgré tout, l’ancien puncheur-baroudeur a signé au moins un top 10 dans chaque grande course d’un jour où il s’est aligné.

Il n'a pas réussi à la gagner, comme l'a fait son père, mais Axel Merckx a été un animateur de Liège-Bastogne-Liège. Le puncheur belge, adepte des courses d'un jour, a brillé sur différents parcours. Mais c'est la Doyenne qui trouve grâce à ses yeux. Une épreuve où il a terminé deux fois dans le Top 10, à chaque fois en travaillant pour son leader. Retour sur ces deux éditions avec le médaillé de bronze des Jeux Olympiques d'Athènes.
Axel Merckx dans la côte d’Ans, lors de Liège-Bastogne-Liège 1996 (Crédit : Sirotti)


Championnats du monde, Flèche Wallonne, JO (3e en 2004), ou encore Clasica San Sebastian. Sur une épreuve d’une journée, Axel Merckx faisait partie des outsiders, et il décevait rarement : parmi toutes ces épreuves, c’est Liège-Bastogne-Liège qui ressort. « Elle correspondait à mes qualités et me tenait à cœur. C’était ma course favorite, et en même temps celle où j’avais le plus de pression. Mais j’avais énormément de supporters le long de la route. Le public me poussait tellement que c’était toujours une expérience exceptionnelle ».

À deux reprises, Axel Merckx s’est approché du podium sur la Doyenne, le Monument des Ardennaises. Retour sur ces deux expériences avec les mots du champion de Belgique 2000.


1996 : 7ème à 1’36” – 2ème participation

« Ça commence à faire quelques années, mais je me souviens qu’à l’époque je faisais chambre commune avec Laurent Madouas (père de Valentin) chez Motorola. Il savait très bien que Liège était une course importante pour moi et il m’encourageait. Dans le final, on s’est retrouvé tous les deux pas loin l’un de l’autre (Madouas termine 4e, Merckx 7e). À l’arrivée on était très satisfait, pas uniquement nous deux, mais aussi toute l’équipe. Laurent, c’est quelqu’un qui m’a beaucoup encouragé durant l’année 1996.

Il n'a pas réussi à la gagner, comme l'a fait son père, mais Axel Merckx a été un animateur de Liège-Bastogne-Liège. Le puncheur belge, adepte des courses d'un jour, a brillé sur différents parcours. Mais c'est la Doyenne qui trouve grâce à ses yeux. Une épreuve où il a terminé deux fois dans le Top 10, à chaque fois en travaillant pour son leader. Retour sur ces deux éditions avec le médaillé de bronze des Jeux Olympiques d'Athènes.
7ème de LBL 1996, Axel Merckx signe son premier top 10 sur la Doyenne (Crédit : Sirotti)

C’est difficile d’évoquer exactement le récit de la course, mais ce jour-là c’était tout pour Lance (Armstrong, deuxième au final). On avait une très grosse équipe. Lance avait gagné la Flèche quelques jours plus tôt donc il était favori. On a essayé de jouer sa carte en restant avec lui le plus longtemps. Il nous a encouragé à rester à ses côtés le plus longtemps, ce qui nous a d’ailleurs permis de finir à une belle place Laurent et moi. Bon malheureusement à la fin, il n’y a qu’un vainqueur. Il était dans le match pour la gagne mais il est tombé sur plus fort (Pascal Richard l’avait devancé au sprint) ».


2000 : 5ème à 12″ – 6ème participation

« De tous les Liège-Bastogne-Liège que j’ai disputé, c’est cette année-là que je suis le plus fort, que je me sens le mieux. Malheureusement et heureusement, les circonstances de course font que Paolo Bettini est dans l’échappée. J’avais comme instruction de bloquer derrière, donc j’étais en attente. J’ai suivi toutes les attaques et je suis sorti avec Vinokourov après le Sart-Tilman.

Je me souviens avoir lâché Vinokourov dans la montée vers Ans et je viens mourir dans la roue des quatre leaders qui se jouaient la victoire finale. Après, je ne dis pas que si j’avais réussi à rejoindre le groupe de tête j’aurais gagné parce que mon sprint n’était pas le meilleur. Mais sur la manière, la condition physique, c’était mon meilleur Liège-Bastogne-Liège ».


One thought on “Axel Merckx : « Liège-Bastogne-Liège c’était ma course favorite »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *