Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Benoit Cosnefroy, à la recherche du temps perdu

Touché au genou fin décembre 2020, Benoit Cosnefroy (AG2R-Citroën Team) a enfin repris la compétition, sur Cholet-Pays de la Loire. Le puncheur normand veut vite retrouver sa forme avant les Ardennaises, son premier grand objectif de la saison.

Touché au genou fin décembre 2020, Benoit Cosnefroy (AG2R-Citroën Team) a enfin repris la compétition, sur Cholet-Pays de la Loire. Le puncheur normand veut vite retrouver sa forme avant les Ardennaises, son premier grand objectif de la saison.
Benoit Cosnefroy à l’entraînement, mi-mars. (Vincent Cruchet ©)

Il était venu chercher “des réponses“. Et se rassurer. Dimanche 28 mars, sur Cholet-Pays de la Loire, c’était jour de première. Deux visages bien connus du public français accrochaient leur premier dossard de la saison. Pierre Rolland (B&B Hôtels) et Benoit Cosnefroy (AG2R-Citroën Team).

C’est fou comme ça va vite le cyclisme : la fin de saison s’est très bien passée pour moi et là, je ne fais ma reprise que fin mars….” analyse Cosnefroy face aux médias. C’est vrai que le contraste est assez saisissant. L’ancien Champion du monde sur route, sacré chez les espoirs en 2017, avait achevé la saison 2020 en pleine confiance : 3e de la Flèche Brabançonne puis 2e de Paris-Tours, dans la fraîcheur des premiers jours d’octobre. Quelques semaines plus tôt, il avait été un des animateurs du Tour de France, porteur du maillot à pois pendant 14 jours consécutifs, et souvent à l’attaque.

Une blessure qui perturbe sa préparation

Touché au genou fin décembre 2020, Benoit Cosnefroy (AG2R-Citroën Team) a enfin repris la compétition, sur Cholet-Pays de la Loire. Le puncheur normand veut vite retrouver sa forme avant les Ardennaises, son premier grand objectif de la saison.
Sur le dernier Tour de France, Benoit Cosnefroy (ici dans le col de la Loze) a été très en vue. Longtemps vêtu du maillot à pois, il a montré tout son panache, souvent présent dans les échappées. Il espère retrouver rapidement le bon coup de pédale en 2021.

Cinq mois plus tard, le voici dans l’inconnu et le doute. Quand les Alaphilippe, Cavagna et autres Gaudu s’éclatent depuis deux mois, lui s’apprête seulement à reprendre la compétition, après 167 jours d’arrêt. Une éternité. La faute à une inflammation au niveau de l’aileron rotulien, comprenez une douleur à l’intérieur du genou droit, qui a considérablement retardé sa préparation. Après un mois de janvier “quasiment sans vélo“, il n’a pu reprendre l’entraînement qu’en février.


B. Cosnefroy : “J’espère que la fraîcheur va compenser mon manque de compétition”

“Je ne sais pas si je serai bien sur les Ardennaises”

Alors, forcément, sa condition physique “n’est vraiment pas optimale pour un début de saison.” Et pourtant, le temps presse : son premier grand objectif de la saison, les classiques ardennaises, approche à grands pas. Elles débutent le 14 avril, avec la Flèche Brabançonne. Il voyait donc cette manche de Coupe de France comme une “course de préparation. J’espère pouvoir me construire physiquement en vue des classiques. Et qu’ensuite, le Tour de Pays Basque (du 5 au 10 avril) me suffira pour être au top sur la Brabançonne. On verra si cette fraîcheur peut compenser ce manque de condition physique.

Je ne suis toujours pas serein sur ma condition. L’entraînement s’est bien passé, mais la vérité, c’est celle de la course“, conclut-il, lucide, avant ses premiers tours de roue. Benoit Cosnefroy peut repartir rassuré de son excursion en Coupe de France. Le vainqueur de l’Étoile de Bessèges 2020 n’est pas passé loin de la gagne. Son attaque violente, dans la dernière bosse du parcours, a failli faire mouche : échappé avec Cyril Barthe et Biniam Girmay, il n’a été repris que dans le dernier kilomètre.

Face à des adversaires d’un autre calibre (David Gaudu et Richard Carapaz sont notamment annoncés), Benoit Cosnefroy pourra continuer de monter en puissance sur le Tour du Pays Basque. “Je ne sais pas, à l’heure actuelle si je serai bien sur les Ardennaises“, prévient-il. Le contre-la-montre est lancé.

3 thoughts on “Benoit Cosnefroy, à la recherche du temps perdu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *