Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Classique Bruges-La Panne : Bennett… évidemment !

Au sprint, Sam Bennett a remporté la Classique Bruges-La Panne ce mercredi. Parfaitement emmené dans le final, l’Irlandais devance Jasper Philipsen et Pascal Ackermann. Pas de chance pour Arnaud Démare. Le Français a déchaussé à 400m de la ligne et n’a pas pu jouer la gagne.

Sam Bennet facile lors de la Classique Bruges-La Panne, 5ème victoire de la saison pour l’Irlandais (Crédit : Woot Beel / Deceuninck-Quick Step)


La course : Rien d’autre qu’un sprint

Peut-on dire d’une semi-classique belge qu’elle est une vraie semi-classique belge lorsqu’il fait beau ? Pas besoin de philosopher, ni de polémiquer ce n’est pas le but. Il est tout de même vraisemblable de dire qu’il manque toujours un petit quelque chose lorsqu’il ne pleut pas sur une course du plat pays. Et malgré un beau soleil, 6 hommes, et notamment Alexis Gougeard, se sont dit qu’il faisait peut-être meilleur aux avant-postes.

Mais sur ce parcours complètement plat, les équipes de sprinteurs ont logiquement verrouillé. L’écart n’a jamais été conséquent. Et la poursuite s’est terminée à 76 kilomètres de l’arrivée pour le sextuor, interrompant la sieste de début d’après-midi. Sebastian Mora (Movistar) a tenté sa chance à son tour, prenant quelques secondes d’avance avant de se faire avaler à son tour.

Des tentatives vouées à l’échec

Mais ce moment a marqué le début du mouvement sur la course. Les favoris ont véritablement commencé à se positionner devant et à faire travailler leurs coéquipiers. La lutte pour la tête du peloton s’est jouée entre les Trek-Segafredo, les Cofidis ou encore les Deceuninck-Quick Step. La nervosité a gagné l’ensemble des cyclistes, quelques chutes ont émaillé le parcours, le rythme s’est sensiblement accéléré.

Davide Martinelli et Lluis Mas (qui n’avait manifestement pas de réseau dans le peloton), puis Brent van Moer, en solo, ont tour à tour tentés leur chance dans un final rapide et nerveux… sans réussite évidemment. Car depuis qu’elle ne se court plus que sur un jour, cette épreuve est promise aux sprinteurs. Rien ne pouvait empêcher les grosses cuisses de s’affronter dans les rues de La Panne.

Et comme souvent, ce scénario a souri à la Deceuninck Quick-Step. Dans le final, le Wolfpack a laissé travailler ses adversaires. Pour se porter en tête dans les deux derniers kilomètres. A 700 mètres de l’arrivée, ils étaient deux pour lancer la fusée Bennett. Malgré la tentative de Cees Bol, rien ne pouvait résister à l’Irlandais. Le meilleur sprinteur de la planète l’emporte pour la 5ème fois de la saison. A noter qu’Arnaud Démare n’a pas pu disputer le sprint final, la faute à un souci mécanique. La poisse se poursuit pour le Beauvaisien. Première victoire sur la Classique Bruges-La Panne pour Bennett.


La décla :

“C’est un grand jour pour l’équipe et moi. Je cherchais une victoire sur une course d’un jour au niveau World Tour depuis plusieurs années. Les gars ont fait un travail fantastique, ils sont restés calme tout au long de la journée. Dans les derniers mètres, je n’ai pas pensé aux autres, je me suis concentré sur mon sprint. La confiance est au plus haut dans l’équipe, c’est de bon augure pour les prochaines courses”.

Sam Bennett (Deceuninck-Quick Step), sur le site internet de son équipe


Le chiffre :

75

Depuis que l’épreuve ne se déroule plus que sur un jour, elle est la chasse (presque gardée) de la Deceuninck-Quick Step. Sam Bennett a succédé à Yves Lampaert. Elia Viviani avait levé les bras en 2018, lors de la première édition disputée sur une journée. Seul Dylan Groenewegen a réussi à s’inscruster. L’équipe de Patrick Lefevere a donc remporté 75% de la Classique depuis sa nouvelle formule.


Le classement :

2 thoughts on “Classique Bruges-La Panne : Bennett… évidemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *