Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Dauphiné – étape 6 : les tops et les flops

Alejandro Valverde (Movistar) a été grand pour remporter cette 6ème étape du Dauphiné. L’Espagnol a également profité d’un très grand travail de ses coéquipiers de la Movistar. En revanche, les journées se suivent et ne se ressemblent pas pour INEOS : Geraint Thomas et Richie Porte ont déçu. Les tops et les flops.

Papy fait de la résistance (Crédit : Sirotti)


Les Tops :



Movistar

On raille souvent la tactique de la Movistar mais aujourd’hui, force est de constater que les Espagnols ont récité leur partition à la perfection. Dans la montée finale, la formation espagnole a parfaitement mis Alejandro Valverde sur orbite. Carlos Verona puis Miguel Angel Lopez ont roulé, et Enric Mas était également aux avant-postes dans le final (5ème de l’étape). Et que dire du sprint d’Alejandro Valverde ? Malgré tout ce travail, il fallait aller chercher Tao Geoghegan Hart (INEOS). Et le vétéran l’a fait. Belle victoire collective !


Alexey Lutsenko

Sans vraiment briller, le Kazakhstanais a assuré le minimum pour revêtir le maillot jaune. Vainqueur surprise du chrono mercredi, il voulait prendre les rênes du classement général. Il y est parvenu lors de cette 6e étape, après un gros travail de l’équipe Astana. Avec Ion Izagirre, son coéquipier, en dauphin, Lutsenko peut aborder relativement sereinement l’arrivée dans la haute montagne. Mais pourra-t-il tenir face aux autres favoris ?



BORA-hansgrohe

L’équipe allemande a perdu le maillot jaune, comme prévu (Lukas Pöstlberger termine à plus de 8 minutes de Valverde), mais elle reste encore très solide. La preuve ? Patrick Konrad et Wilco Kelderman ont terminé respectivement 3e et 4e au Sappey-en-Chartreuse. Le Néerlandais est d’ailleurs le troisième homme du général. Avec deux cartes, comme Astana-Premier Tech et INEOS Grenadiers, la BORA-hansgrohe peut largement tenir la comparaison ce week-end.



Les Flops :



INEOS (moins Geoghegan Hart)

On ne va pas être méchant avec le vainqueur du Giro 2020 : il est le seul à avoir tenu la baraque dans le final. Outre sa deuxième place et son sprint (auquel seul Alejandro Valverde pouvait répondre), le Britannique a aussi défendu ses leaders, en allant chercher David Gaudu, alors que Michal Kwiatkowski explosait. Richie Porte a aussi connu un coup de moins bien dans le final, avant de sauver les meubles. Geraint Thomas, lui, n’a jamais été mis en danger, mais il n’a jamais semblé aérien. Journée à oublier pour les INEOS Grenadiers, après la masterclass de la veille. Avant d’assommer le Dauphiné dès demain, vers La Plagne ?

Aurélien Paret-Peintre

Sur une telle arrivée, on en attend plus du puncheur d’AG2R-Citroën. Malheureusement, Aurélien Paret-Peintre a lâché dans le final. Il ne termine pas loin de Valverde (13 secondes), mais ce résultat est de bien mauvais augure avant la haute montagne ce week-end. 11ème du général grâce aux déboires de coureurs devant lui, il aura du mal à conserver ce statut de numéro 1 tricolore, qu’il avait brillamment glané après son très bon chrono. Une journée à oublier pour Paret-Peintre, comme son équipe : Ben O’Connor aussi a perdu du temps, et sort du Top 10.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *