Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Dauphiné – Étape 7 : Les tops et les flops

Padun se révèle, Porte s’empare du maillot jaune alors que d’autres grimpeurs ont failli. C’est l’heure de retrouver les tops et les flops de la septième étape du Critérium du Dauphiné.

Padun a obtenu la plus belle victoire de sa carrière à La Plagne (Sirotti).

Les tops :

Bahrain – Victorious

Décidemment ! Les hommes de la Bahrain – Victorious continuent de s’illustrer. La spirale positive se poursuit avec cette première grande victoire de l’Ukrainien Mark Padun. Un succès totalement inattendu mais acquis avec la manière et à la pédale pour le coureur âgé de 24 ans. Il a montré tout l’étendue de son talent en suivant l’attaque de Porte à 7 kilomètres du sommet. À la surprise générale, il s’est débarrassé un par un de l’Australien, d’Enric Mas puis de Sepp Kuss. On appelle cela une masterclass. Et c’est pas fini ! Une des recrues du dernier mercato s’est également mis en avant. Jack Haig parachève le travail avec une belle quatrième place au sommet de la Plagne.

Richie Porte

Il réalise la grande opération du jour au général ! Même s’il n’a pas pu obtenir la victoire au sommet, Porte va se consoler en endossant le maillot jaune au soir de cette septième étape. Il a été l’instigateur du mouvement qui a permis à Padun d’aller chercher son succès. Richie a géré son rythme d’ascension et a repris du temps à tous les prétendants du classement général. On attendait Thomas et Geoghegan Hart mais c’est l’ex-lieutenant de Froome qui a envoyé le message fort du jour. Deux fois deuxième du classement général (2013 et 2017), l’Australien est en bonne position pour ajouter le Dauphiné à son palmarès demain aux Gets.

Ben O’Connor

La bonne pioche d’AG2R-Citroën a une nouvelle fois fait bonne figure sur cette difficile étape. L’Australien, qui a prolongé son contrat jusqu’en 2024 ce matin, confirme que sa deuxième place acquise à Thyon 2000 sur le dernier Tour de Romandie n’était pas un simple coup d’éclat. Une nouvelle fois, O’Connor a montré sa bonne gestion de l’effort sur un long col avec au final une belle cinquième place à quelques secondes de Lopez et Haig. Alors qu’il a lâché quelques secondes hier, l’Australien est ce soir huitième du général et on peut s’attendre à une course offensive demain en compagnie d’Aurélien Paret-Peintre, dixième du général pour la formation de Vincent Lavenu.

Les flops :

Guillaume Martin

Journée très compliquée pour Guillaume Martin. Le coureur de la Cofidis n’a tout simplement pas eu les jambes pour suivre le rythme imprégné par les équipiers de Richie Porte et de Miguel Angel Lopez. Guillaume Martin a perdu le contact avec le groupe à 11 kilomètres de l’arrivée. On sait que Guillaume est tombé lourdement cette semaine, mais le voir concéder plus de 6 minutes n’est pas rassurant à l’approche des grandes échéances de l’été.

Nairo Quintana

Seulement quinzième de l’étape, le grimpeur colombien a été absent de la bagarre pour la victoire. Sur une arrivée à 2000 mètres d’altitude, on pouvait s’attendre à mieux du coureur d’Arkéa-Samsic. Avant la dernière étape demain, le vainqueur de La Vuelta 2016 ne parvient pas à performer et à confirmer sa forme affichée sur le Tour des Asturies. À 3 semaines du début de la Grande Boucle, Quintana doit se rassurer pour arriver au départ de Brest avec de la confiance.

Steven Kruijswijk

Même analyse que pour Quintana concernant le grimpeur néerlandais ! Alors qu’il semblait dans l’allure sur les premières étapes, Kruijswijk a été la déception du jour dans la formation Jumbo-Visma. Avec un débours de 1 minute 39 sur le vainqueur du jour, on a vu les limites du Néerlandais. Le troisième du Tour 2019 a lâché du temps sur ses rivaux et n’a pas pu accompagner son équipier Kuss. Il se retrouve hors de coup pour jouer le classement général demain vers les Gets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *