Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Dauphiné – Étape 7 : Porte, Padun, Gaudu… Les réactions

Pour la première étape de haute montagne du Critérium du Dauphiné, il y a eu un vainqueur surprise : Mark Padun s’impose à La Plagne. Richie Porte en profite pour prendre le jaune. Les réactions.

Richie Porte, un maillot jaune heureux (Sirotti).


Mark Padun (Bahrain-Victorious), vainqueur de l’étape :

« Ce n’est pas un rêve »

« C’est un moment incroyable pour moi. Tout d’abord, c’est ma première victoire en World Tour et sur l’une des étapes les plus difficiles du Dauphiné, où tout le monde va si vite.

Je pensais pouvoir arriver avec les 20 premiers, et quand Richie Porte a attaqué, j’ai essayé de combler l’écart car j’avais notre leader Jack Haig dans le groupe. J’ai vu que nous avions un écart avec quatre coureurs, et j’ai pensé ‘pourquoi pas, peut-être qu’ils me montreront à la télé pour ma mère’, et j’ai attaqué.

Lors des six premières étapes, je me sentais si mal sur le vélo pendant la course, et je pensais qu’il me serait impossible de finir la course, et aujourd’hui, je suis arrivé premier. Quand j’ai franchi la ligne d’arrivée, j’ai eu le sentiment que je devais me réveiller maintenant, mais ce n’est pas un rêve ».



Richie Porte (Ineos), leader du général :

« Je sais ce que c’est que de porter le maillot jaune »

« J’étais dans une bonne position avec Geraint (Thomas) derrière. Donc j’avais juste à rouler et attendre de voir ce qu’il se passe. Je sais ce que c’est de porter le maillot jaune lors de la dernière journée du Dauphiné. Il y a 4 ans, je l’avais et je l’ai perdu. Mais je suis déjà heureux de porter ce maillot à 36 ans ».

David Gaudu (Groupama-FDJ), 7e de l’étape :

« Je ne voulais pas craquer »

« La forme est en train de monter au fur et à mesure. Le maillot blanc, c’est un petit plus pour le moral, pour monter sur le podium. Demain, il ne faudra pas craquer. J’ai décidé de ne pas y aller quand Richie (Porte) sort, je ne voulais pas craquer. Je m’y suis pris à deux trois fois pour ressortir. J’aime monter par à-coups, ça ne me dérange pas ».

Guillaume Martin (Cofidis), 24e de l’étape :

« Longtemps que j’avais pas fait une craquante »

« J’ai très vite vu que je n’avais pas de force. Je n’arrivais pas à aller plus vite. J’ai fini un peu vidé… Je n’ai pas trop d’explication à ça. Peut-être que c’est la chute qui m’a un peu détraqué. J’espère que c’est lié à ça et pas juste le fond. Ça faisait longtemps que j’avais pas fait une craquante comme ça. Je me rassure en me disant que le Tour est encore dans longtemps ».


Aurélien Paret-Peintre (AG2R Citroën), 10e du général :

« Je me rapproche des meilleurs »

« C’est une bonne journée : Ben (O’Connor) a été très offensif, moi je limite la casse. Je ne pensais pas que j’allais être à ce niveau. Chaque jour, je me rapproche des meilleurs grimpeurs. Aujourd’hui, je suis content, c’est une belle montée. Ça fait toujours plaisir quand dans l’oreillette on te dit qu’il y a des costauds qui pètent et que toi tu es encore là ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *