Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Gaudu : « Liège ? Une des plus belles »

David Gaudu aborde Liège-Bastogne-Liège avec des ambitions de top 5. Le grimpeur-puncheur de l’équipe Groupama-FDJ espère capitaliser sur sa belle ascension du Mur de Huy, conclue à la 7ème place.

Gaudu Mon Peloton
David Gaudu vainqueur à Arrate sur le Tour du Pays basque (@Sirotti)


C’est à leur remise en question permanente et leur inaliénable volonté de repousser les limites, que l’on reconnait les grands champions. David Gaudu n’est pas de cette caste. Pas encore. Pourtant son franc-parler en conférence de presse ne laisse que peu de doutes quand à ses capacités d’auto-critique. « Les trois [ndlr: Alaphilippe, Roglic et Valverde] étaient au-dessus du lot dans le Mur de Huy. Quand ils ont giclé à 350m, je ne pouvais tout simplement pas suivre. J’avais déjà les jambes en feu. Il me manque encore des watts », explique-t-il avant de s’attarder sur d’autres petits détails, d’apparence anodins, qui semblent le perturber depuis mercredi.

« C’est mieux qu’en 2017… Mais il y avait peut-être un top 5 à aller chercher ».

En 2017, le Français n’avait que 20 ans lorsqu’il était entré pour la première fois dans le top 10 de la Flèche Wallonne (9ème). Plus mature, plus en confiance, David Gaudu était revenu cette année pour améliorer sa marque. La mission est accomplie, mais les regrets persistent : « Le plateau est très dense, une 7ème place en haut du Mur c’est mieux qu’en 2017. J’étais content, mais il y avait peut-être un top 5 à aller chercher. En voulant prendre une ouverture sur la gauche, je me tamponne avec Vansevenant à 300m. C’est peut-être une erreur, mais j’avais envie de prendre les devants pour ne pas rester bloqué ».


Le regard tourné vers Liège

Vous l’aurez compris, David Gaudu n’est qu’à demi-satisfait de sa performance de mercredi. Mais qu’importe. Le troisième Monument de la saison se dresse à l’horizon : Liège-Bastogne-Liège. Le genre de course susceptible de bouleverser une carrière. De faire et défaire les rêves de ceux qui nourrissent l’espoir de marquer l’histoire. Certains ont même consacré leur vie à cette quête de la gloire éternelle. David Gaudu, lui n’a que 24 ans, mais l’homme est conscient de l’enjeu : « C’est une des plus belles de l’année ! J’ai déjà fait 6ème là-bas, j’espère gratter quelques places… ». Et pourquoi pas cinq ?

Pour parvenir à ses fins, le leader de la Groupama-FDJ s’appuiera sur un collectif bien huilé, entièrement dévoué à sa cause. Ses fidèles lieutenants Valentin Madouas et Rudy Molard seront bien de la partie. Le premier nommé dévoile les esquisses de la stratégie : « Le boulot est très simple. C’est d’être placé à la Roche aux Faucons. L’objectif c’est de rester avec David le plus longtemps possible et de l’aider à basculer le plus près possible des meilleurs. Nous on va tout donner avec Rudy pour basculer pas loin, pour pouvoir rentrer s’il y’a des regroupements. On sait se sacrifier pour les autres. La carte numéro 1 c’est David ».

Madouas Mon Peloton Liège
Valentin Madouas, équipier dévoué de David Gaudu (@Sirotti)

Le « nouveau » Liège : favorable à Gaudu ?

Interrogé sur la nouvelle configuration de l’arrivée à Liège depuis 2019, David Gaudu botte en touche. « Le juge de paix c’est clairement la Roche aux Faucons. Après, c’est compliqué de tirer son épingle du jeu ». Sur le papier pourtant, la suppression des côtes de Saint-Nicolas et d’Ans ne sont guère favorables aux grimpeurs de poche comme le Français. Valentin Madouas, lui plaide le contraire et voit en ce « nouveau » parcours, l’opportunité d’une course débridée : « Ces temps-ci sur les classiques ça bouge de plus en plus tôt. Avec ce tracé, il peut y avoir une course de mouvement ».

Le scénario suivra-t-il les traces des deux dernières éditions avec l’arrivée en solitaire de Fuglsang puis d’un groupe de cinq ? Au contraire, les outsiders rendront-ils la course incontrôlable pour les grandes formations comme Deceuninck-Quick Step ou Jumbo-Visma ? David Gaudu, lui, a déjà publiquement désigné ses favoris : « Les UAE vont être revanchards. Roglic va vouloir conserver son titre. Alaphilippe voudra gagner avec le maillot de champion du Monde et les Ineos seront là-aussi ». L’ambition, sans la pression. Et si c’était la recette du succès ?

One thought on “Gaudu : « Liège ? Une des plus belles »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *