Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Jeux Olympiques : Trois coureurs pour une place

La sélection masculine française pour les épreuves sur route des Jeux Olympiques est tombée hier. David Gaudu, Guillaume Martin, Rémi Cavagna, Kenny Elissonde et Benoit Cosnefroy sont les grands gagnants. Mais difficile de voir qui sera le réel leader.

Rémi Cavagna sélectionné pour une médaille en chrono, Kenny Elissonde dans un rôle d’équipier qu’il endosse souvent à la perfection. Mais derrière, il y a trois coureurs pour une place : celui de leader.

Pour l’instant à 3 semaines de la compétition c’est le statu quo entre Guillaume Martin, David Gaudu et Benoit Cosnefroy. Ce dernier qui ne pensait pourtant même pas y participer : « Sincèrement, je n’y croyais pas en début de saison. J’étais dans la pré-selection d’une quinzaine de coureurs, je ne pensais pas faire partie des 5. Après quand j’ai vu que Julian (Alaphilippe), Romain (Bardet) ou Thibaut (Pinot) ne pouvaient pas y participer, j’ai commencé à y penser », raconte le coureur d’AG2R Citroën, « Quand Thomas (Voeckler) m’a appelé, j’ai été tellement heureux. C’est un rêve de participer aux JO. Ça fait partie des très bonnes nouvelles de ce début de Tour de France un peu compliqué pour moi.»


Le même objectif pour les trois

Le puncheur de 25 ans qui apprécie le Japon pour y être « allé en vacances pendant un mois », a de l’ambition sur cette épreuve : « Quand je vois un coéquipier (Greg Van Avermaet) qui a un casque en or, ça donne envie. Ça change une vie et une carrière. Au fond de ma tête je pense au titre. La médaille il y a que ça qui compte ». Le Normand a raison d’y croire. Car en l’absence de Julian Alaphilippe et Romain Bardet, les cartes sont totalement rebattues en équipe de France.

Pour Guillaume Martin, les Jeux Olympiques sont devenus cette saison son gros objectif. Le parcours du Tour de France, avec trop de chronos et peu de montagne, lui a fait changer son fusil d’épaule. 13ème des derniers championnats du Monde après avoir été d’une aide précieuse pour Alaphilippe, le leader de la Cofidis peut légitimement prétendre à la place de n°1. « C’est une chance unique dans une carrière de sportif, dans une vie. C’est un évènement qui se déroule tous les 4 ans avec en plus un parcours difficile au Japon. Ça n’arrive que très rarement. Et là ça tombe au moment ou je suis dans la sélection. Tous les astres se sont alignés », remarque le grimpeur de 28 ans.

Mais il devrait faire avec la présence à ses côtés de David Gaudu. Le Breton a lui aussi fait des JO l’une de ses priorités : « Je suis très fier de représenter la France aux JO. C’est un objectif de carrière ». Le 3ème du dernier Liège-Bastogne-Liège aura donc l’envie de jouer sa carte sur un parcours très sélectif (230 km, 4800m de dénivelé positif). D’ici là, le sélectionneur des Bleus, Thomas Voeckler va suivre attentivement les performances du trio, présent sur la Grande Boucle. Car à un moment, il faudra trancher. Avec seulement cinq coureurs dans le sélection, il serait trop risqué de ne pas mettre tous les œufs dans le même panier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *