Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

La Chronique de David Boucher : « Remco Evenepoel, qu’on lui foute la paix »

Professionnel durant de longues saisons, et notamment dans l’équipe FDJ de 2012 à 2015, David Boucher était l’un des meilleurs baroudeurs du peloton. Toujours coureur, en Élite sans contrat dans une équipe des Flandres, le Franco-Belge de 41 ans a maintenant comme projet de lancer son équipe (DB Lions). Pour Mon Peloton, David Boucher livrera son expertise une fois par mois dans cette toute nouvelle chronique. Premier épisode avec le bilan du Giro, et la préparation du Tour de France.

Bernal, Caruso, Yates, un beau podium sur le Giro (Sirotti).

Le bilan global du Giro

Ce fut une belle course, mais je regrette l’absence de très gros leaders, mis à part Bernal. À noter aussi l’accumulation des chutes en première semaine qui a vu des outsiders quitter le Giro plus tôt que prévu.

Je n’ai pas trouvé que ce Grand Tour fut celui des échappées plus qu’un autre. Mais quelques-unes d’entre elles ont été remplies de suspense, comme avec Taco Van der Hoorn.

Egan Bernal, le grand homme de ce Giro

Bernal était très bien dans la première quinzaine. Et ensuite, il a su gérer mais il était temps que le Giro se termine je crois. Face à des leaders qui ne sont pas les plus tranchants, je trouve normal qu’il remporte ce Giro. Mais il est loin d’un Pogacar en grande forme ou d’un Roglic. Ceci dit, avoir déjà deux Grands Tours à son palmarès à cet âge-là, c’est pas mal !

Bernal roi du Tour d’Italie (Sirotti).

Le podium

Caruso a été surprenant car il n’est plus tout jeune. Il est toujours placé, mais de là à être à un tel niveau, chapeau ! Un équipier modèle devenu leader, c’est beau. En plus, il semblait être de mieux en mieux. Yates a fait un beau Giro, pas décevant. Il a montré beaucoup de panache, avec deux jours moins bien. Mais il a fait un bon Giro.

Le bilan des Français

Le bilan est positif pour les Français. Bardet a sa place habituelle, Lafay a su saisir l’opportunité lors d’une journée un peu pépère. Bouchard a su se battre jusqu’au bout pour le maillot de meilleur grimpeur.

Bardet chez DSM

C’est une autre approche, avec une autre mentalité et moins de pression. Il est plus libre et on devrait voir du grand Bardet encore.

Bardet a retrouvé sa place dans le Top 10 d’un Grand Tour (Sirotti).

Rémi Cavagna

C’est une très grosse machine, mais je reste quand même surpris des erreurs qu’il fait encore à son niveau. C’est quand même frustrant de voir ça. Le final contre Bettiol, le virage dans le chrono… Ce sont des détails que tu ne négliges pas quand tu sais que tu as la gagne dans les jambes. Et encore moins dans cette équipe Quick Step.

Le bilan des Belges

Deux belles victoires avec des coureurs méritants, qui ne regardent pas leurs efforts. Je suis content pour Merlier et Campenaerts.

Remco Evenepoel

J’aimerais juste qu’on lui foute la paix. Ça me rappelle trop comment le monde et les médias se sont acharnés sur un certain Frank Vandenbroucke par le passé. Et là, ça recommence… Le gamin ne peut même plus aller au WC tranquille.

Pour son Giro, les vrais connaisseurs savaient très bien que ça se passerait comme ça. Après neuf mois sans courses et une sacrée rééducation après sa lourde chute, reprendre au Giro, c’était un sacré pari. Il a beaucoup appris, je pense. Une très belle première semaine. Difficile à gérer le jour de repos et puis le mental a lâché avant que le physique ne lâche aussi. Et puis cette chute.

Un premier Grand Tour compliqué pour Remco (Sirotti).

Je suis sûr qu’en le laissant grandir tranquille, il pourra remporter un Grand Tour. Le pilotage ? Il va s’améliorer en pratiquant du cyclo-cross ou du VTT. Mais je crois qu’il doit surtout apprendre à anticiper les réactions et les dangers. Car chez les jeunes, il était toujours loin et seul devant. En arrivant chez les pros, ça s’est aussi un peu passé comme ça. Mais dans un Grand Tour, avec la nervosité, tu dois rester dans un peloton et t’économiser. Il faut savoir anticiper au quart de tour. Mais je ne m’inquiète pas pour lui. Il est entre de bonnes mains !

L’étape reine raccourcie sur le Giro

Pour avoir été coureur, c’est vraiment nul ces étapes interminables où il ne se passe rien. Quand tous les coureurs ont décidé de faire la course sur une étape courte de 140 kilomètres, ça fait mal et c’est nerveux. Mais là, 215 km à ce moment du Giro, c’était tout simplement inutile. En plus, la sécurité des coureurs est prioritaire. C’était une bonne décision à mon sens.

La prépa du Tour

Sur le Dauphiné, à part les Ineos et deux mecs, on ne va pas en apprendre beaucoup. Par contre, au Tour de Suisse, ça devrait être un peu plus fourni. On va être attentif car le Tour va vite arriver maintenant.

Gaudu lève les bras devant Roglic sur la dernière étape du Tour du Pays Basque
Pogacar vs Roglic, duel au sommet en vue sur le Tour (Sirotti).

Roglic qui ne court pas avant le Tour

Les stages ne remplacent pas les courses. Mais au fil des années, les méthodes d’entraînement évoluent tellement que maintenant, on sait vraiment simuler un programme de courses à l’entraînement. Donc j’aurais préféré le voir en courses avant le Tour, mais bon, il sera peut-être plus juste en début de Tour et à l’inverse de d’habitude, plus en forme pour conclure en dernière semaine.

Pogacar, grand favori ? 

Grand favori, oui. Mais attention, maintenant, il va devoir prendre la course à son compte, donc ça risque d’être différent de la saison dernière. Je suis curieux de voir la tactique des deux Slovènes.

Alaphilippe veut faire un grand Tour de France (Sirotti).

Julian Alaphilippe sur le général du Tour ?

Je ne pense pas. Il a choisi d’être focus sur l’arrivée de son enfant. C’est tout à fait normal. Il a su être là en début de saison en gagnant de nouveau, notamment à La Flèche Wallonne. Il est donc normal d’assister et de profiter de l’arrivée de son premier bébé. Ensuite, on le reverra à son meilleur niveau, j’en suis sûr. On peut toujours compter sur Julian Alaphilippe !

Propos recueillis par Alexis Rose.

4 thoughts on “La Chronique de David Boucher : « Remco Evenepoel, qu’on lui foute la paix »

  1. N’y connaissant pas grand chose en cyclisme mais passionné des grands événements sportifs qui font vibrer j’ai apprécié cette article et y ai appris beaucoup de choses. Cela change de tout ce qui est redondant dans la plupart de ce qui est publié en général. Merci

  2. J’ai suivi ce Giro avec intérêt ! Niveau belge, il ne faut pas oublier Dries de Bondt, notre champion de Belgique qui a été présent dans pas mal d’échappée !
    Pour Remco, je ne comprends pas son équipe de l’avoir lancé dans ce Giro après 9 mois sans course ! Je crois qu’il aurait mieux fait de faire la Vuelta, après 4 mois de compétitions.

  3. …analyse pertinente que je partage, cependant pour le prodige Belge, lui par son talent et par ses mésaventures, son équipe pour le mettre en pleine lumière devant son leader, ne peuvent que récolter ce qu’ils ont semé, par volonté et par défaut ; et puis quand on est une star il faut assumer ce rang et aussi faire confiance au service communication de l’équipe pour la gestion, donc il me semble que tout a été fait et calculé pour que Remco soit en pleine lumière et justement ne pas lui foutre la paix, alors est-ce un choix efficace, bah non avec le recul et le résultat le concernant. Amha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *