Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Les grands duels des Flandriennes

Lors du Tour des Flandres, on aura droit à un nouveau chapitre du duel Mathieu van der Poel / Wout van Aert (avec Julian Alaphilippe comme arbitre). Mais le Ronde, comme Paris-Roubaix une semaine après (dans le monde d’avant) a connu d’autres grands duels. Petit focus sur 3 combats qui ont opposé des coureurs de renom lors des Flandriennes.

Lors du Tour des Flandres, ce weekend, l'on aura droit à un nouveau chapitre du duel Mathieu van der Poel / Wout van Aert (avec Julian Alaphilippe comme arbitre). Mais le Ronde, comme Paris-Roubaix une semaine après (dans le monde d'avant) a connu d'autres grands duels. Petit focus sur 3 combats qui ont opposés des coureurs de renom lors des Flandriennes.
Fabian Cancellara et Tom Boonen ont incarné les Flandriennes durant plusieurs années (Crédit : Sirotti)


Eddy Merckx / Roger de Vlaeminck

Déjà deux Belges face à face pour le titre de meilleur coureur de l’époque. Évidemment, au niveau du palmarès, il n’y a pas photo. Mais alors qu’Eddy Merckx raflait tout, et même plusieurs fois (il est le seul à avoir remporté les 5 Monuments au moins deux fois), Roger de Vlaeminck est venu titiller le Cannibale comme rarement.

Les deux hommes se sont surtout affrontés sur Paris-Roubaix. Ils n’ont pas brillé en même temps sur le Tour des Flandres (succès en 1969 et 1975 pour Merckx, 1977 pour de Vlaeminck), en revanche, ils ont livré bataille sur les pavés de Paris-Roubaix.

Lors du Tour des Flandres, ce weekend, l'on aura droit à un nouveau chapitre du duel Mathieu van der Poel / Wout van Aert (avec Julian Alaphilippe comme arbitre). Mais le Ronde, comme Paris-Roubaix une semaine après (dans le monde d'avant) a connu d'autres grands duels. Petit focus sur 3 combats qui ont opposés des coureurs de renom lors des Flandriennes.
Roger de Vlaeminck contre Eddy Merckx, c’est l’un des duels pour les années 70 (Crédit : Sirotti)


Un duel grandeur nature sur Paris-Roubaix 1975


En 1970, Eddy Merckx livre une masterclass et termine seul au monde. Il passe la ligne plus de 5 minutes avant son dauphin, de Vlaeminck. Ce dernier prend sa revanche deux ans plus tard, Merckx étant relégué à la 2ème place. La première de quatre éditions qui n’échapperont pas aux deux Belges.

1973, Merckx l’emporte à nouveau, de Vlaeminck est loin (7’46’’, un gouffre !). Le Gitan l’emporte à nouveau sur le Vélodrome roubaisien l’année d’après, Merckx se retrouvant au pied du podium. Mais le meilleur reste à venir…

L’apogée de cette rivalité se situe en 1975… Roger de Vlaeminck et Eddy Merckx sont ensemble à l’entrée sur le Vélodrome de Roubaix. Ils ne sont pas seuls, certes (André Dierickx et Marc Delmeyer les accompagnent), mais tout le monde n’a d’yeux que pour eux. C’est l’instant fatidique de ce duel de champion. Merckx peut être le premier coureur à remporter l’épreuve 4 fois, de Vlaeminck peut revenir à égalité. Le Gitan, plus rapide au sprint, s’impose devant son rival. Certainement la plus belle pour lui, qui n’aimait rien de plus que courir contre Merckx. Il ira même chercher un 4ème Enfer du Nord pour devancer le Cannibale au palmarès… avant d’être rejoint par un certain Tom Boonen.



Peter van Petegem / Johan Museeuw

Au milieu des années 90, Johan Museeuw est le roi des Flandriennes. Le lion des Flandres est au sommet de son art. Après 1993, 1995 et 1998, le Belge espère bien devenir le premier quadruple vainqueur sur le Ronde. Mais il va tomber sur un os venu de l’équipe TVM/Farm Frites (qui éclatera pour former l’équipe Lotto et Quick-Step) : Peter van Petegem. Loin de vivre une histoire d’amitié, les deux sont rivaux sur les routes, même si Museeuw a largement l’avantage (3 succès à 0 sur le Ronde, 1-0 sur Paris-Roubaix).

1999 doit être le couronnement du coureur de la Mapei-Quick Step, qui se retrouve présent aux avant-postes. Malheureusement pour lui, Museeuw ne peut rien faire au sprint, et termine troisième. Van Petegem remporte son premier Monument et stoppe (définitivement) le compteur de son rival. Ce dernier prendra bien sa revanche en 2002, mais Andrea Tafi avait déjà passé la ligne. Museeuw ne montera plus sur le podium du Ronde, au contraire de van Petegem, vainqueur en 2003.


La pique de van Petegem


Cette rivalité s’est évidemment exportée de l’autre côté de la frontière, sur les routes de Paris-Roubaix. Là aussi, Museeuw est seul au monde face à son adversaire (3 succès à 0 après l’édition 2002, qu’il remporte… devant van Petegem). Mais le dernier mot sera encore pour le cadet des deux Belges. Le sprinteur remporte l’Enfer du Nord en 2003 devant le duo Pieri/Ekimov. Museeuw est loin… 33ème, la faute à de nombreuses crevaisons.

Tout à sa joie, van Petegem lancera une pique à son rival et sa formation (Quick Step-Davitamon). ‘’Notre équipe était aussi bonne que la leur, mais ça ne s’étalait pas dans les journaux’’. Cette course marquera la fin de cette rivalité, largement remportée par Museeuw, qui prend sa retraite un an plus tard.

Pour son dernier Paris-Roubaix, Museeuw arrive avec Van Petegem sur le Velodrome. (SIrotti)


Tom Boonen / Fabian Cancellara

C’est, à ce jour, la plus grande rivalité sur les Flandriennes. Tom Boonen et Fabian Cancellara ont brillé en même temps, et se sont affrontés directement pour le titre de meilleur Flahute de la période. Sauf problème, le Belge et le Suisse terminaient au moins sur le podium, et souvent tous les deux.

En revanche, ils n’ont que rarement été ensemble dans le final. Vainqueur du Ronde en 2005 et 2006 (et de Paris-Roubaix 2005), Tom Boonen semblait parti pour tout rafler pendant plusieurs années. Mais alors qu’il visait un deuxième consécutif, il tombe sur Spartacus, vainqueur en solitaire (Boonen termine plus d’une minute après).

Lors du Tour des Flandres, ce weekend, l'on aura droit à un nouveau chapitre du duel Mathieu van der Poel / Wout van Aert (avec Julian Alaphilippe comme arbitre). Mais le Ronde, comme Paris-Roubaix une semaine après (dans le monde d'avant) a connu d'autres grands duels. Petit focus sur 3 combats qui ont opposés des coureurs de renom lors des Flandriennes.
Tom Boonen, triple vainqueur sur le Ronde, et quadruple vainqueur (co-record) sur Paris-Roubaix (Crédit : Sirotti)

L’attaque dans le mur de Grammont


Cette course marque le début de la rivalité entre les deux hommes. Le Belge prend sa revanche, toujours sur Paris-Roubaix, lors de l’édition 2008. Il entre dans le Vélodrome avec Cancellara et Ballan. Plus fort et plus malin, le coureur Quick-Step l’emporte au sprint devant ses deux adversaires. Un autre Enfer du Nord va suivre pour lui, avant une année 2010 marquée du sceau helvète.

2010, c’est cette attaque foudroyante dans le Mur de Grammont, qui laisse Boonen sans solution. Cancellara signe son premier succès sur le Ronde (deux autres suivront) et prépare le terrain pour son premier doublé, qui viendra une semaine plus tard avec sa victoire à Roubaix. C’est surtout la dernière fois que le duo va s’affronter directement.

La suite ? Un nouveau doublé Flandres/Roubaix chacun (2012 pour le Belge, 2013 pour le Suisse), qui permet à Boonen de devenir co-recordman de succès dans l’Enfer du Nord (avec de Vlaeminck donc). Spartacus ne pourra « que » l’égaler sur le Ronde avec sa 3ème victoire en 2014. Il fera un autre podium sur les deux courses, manquant de peu d’entrer un peu plus dans la légende des Flandriennes. Mais ça n’aurait pas été contre le grand Tom alors…

Lors du Tour des Flandres, ce weekend, l'on aura droit à un nouveau chapitre du duel Mathieu van der Poel / Wout van Aert (avec Julian Alaphilippe comme arbitre). Mais le Ronde, comme Paris-Roubaix une semaine après (dans le monde d'avant) a connu d'autres grands duels. Petit focus sur 3 combats qui ont opposés des coureurs de renom lors des Flandriennes.
Fabian Cancellara, vainqueur en solitaire en 2010 (Crédit : Sirotti)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *