Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Menace sur Paris-Roubaix, le monde du cyclisme s’insurge

Le préfet du Nord, Michel Lalande, a été plutôt pessimiste quant à la tenue de Paris-Roubaix (11 avril) lors d’une interview à France Bleu. Le monde du cyclisme s’insurge.

Brouillard sur l’Enfer du Nord. (ASO)

“Je vois le ciel moins bleu”. L’horizon s’assombrit pour Paris-Roubaix. Dans une interview accordée à France Bleu, le Préfet du Nord, Michel Lalande, a à peine laissé planer le doute : “Je vous garantis le scoop quand viendra le temps de la réponse, mais vous pouvez la deviner…” rajoute-t-il.

De quoi presque faire une croix sur le maintien de Paris-Roubaix. Avec les nouvelles restrictions sanitaires en vigueur depuis quelques jours dans les Hauts-de-France et qui risquent de durer, l’épreuve française était donc déjà menacée. Mais l’espoir était toujours permis. Paris-Nice s’étant déroulé (presque) correctement, avec une arrivée dans les Alpes Maritimes, l’un des départements les plus touchés par le Covid-19.

Pareil chez le voisin belge, qui continue d’organiser les courses. Mais Michel Lalande ne le comprend pas : “Il faudra m’expliquer la cohérence avec les gestes barrières et tout le reste”. Paris-Roubaix espoirs avait déjà été annulé quelques heures plus tôt, le reste, élite hommes et femmes, devrait donc suivre.


De la colère sur les réseaux

Il n’en fallait pas plus pour enflammer les réseaux sociaux et le monde du cyclisme, surtout après l’annulation de l’Enfer du Nord en 2020. Actif sur Twitter, Julien Bernard, le coureur de la Trek-Segafredo, est le premier à dégainer : “Quelqu’un peut lui expliquer le principe d’une bulle sanitaire, qui marche plutôt bien depuis le début de la pandémie ?”

Même chose côté journaliste. Mathilde L’Azou ne comprend la différence de traitement entre les organisations de Milan-San Remo, du Tour de Catalogne ou encore de Paris-Nice et Paris-Roubaix. Il y a quelques jours, ASO nous confiait qu’il serait difficile de ne pas faire sortir les gens sur la course nordiste. Peut-être une première explication de son possible report.

Une nouvelle qui n’a pas l’air d’enchanter les grands passionnés de vélo. Certains ont des larmes aux yeux…

D’autres sont un poil plus touché et pas du tout dans l’exagération.

Enfin, Hugo propose une solution participative pour maintenir Paris-Roubaix. Mais pas sûr que cela marche.

En attendant, cela fait plus de 700 jours que l’on attend de voir un successeur à Philippe Gilbert, dernier vainqueur en 2019. Pas sûr que ce compteur s’arrête le 11 avril prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *