Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Nacer Bouhanni, la polémique perpétuelle

Si depuis son arrivée dans l’équipe Arkéa Samsic, la popularité de Nacer Bouhanni a augmenté, les critiques sont reparties de plus belles après l’arrivée du Cholet – Pays de la Loire. Retour sur une polémique qui nous rappelle que Nacer Bouhanni est un personnage clivant. Sur la route, comme en dehors, le Spinalien assume ses actes, souvent au grand dam de ses détracteurs.

Bouhanni sur le Tour de La Provence (Photo : Sirotti)

La catastrophe de Cholet


Sur le sprint du Cholet-Pays de la Loire, Nacer Bouhanni tasse Jake Stewart, le jeune anglais de la Groupama FDJ, contre la barrière. Des images dures à voir après le terrible accident du dernier Tour de Pologne. Heureusement, Stewart s’en sort “seulement” avec une main fracturée, et un forfait pour le Tour des Flandres. Dans la foulée la polémique enfle, via le tweet de Jake Stewart :

Aussitôt, le natif d’Épinal fait profil bas et s’excuse : Je suis désolé pour Jake Stewart. Je vois Elia Viviani lancer et je veux prendre sa roue. J’admets que mon erreur a été de changer de trajectoire. Je ne vois pas Jake Stewart à ce moment-là. Lorsque nous entrons en contact, je me retrouve déséquilibré. En aucun cas c’était intentionnel. Cependant, cela n’enterre pas la polémique, puisque l’UCI ouvre une enquête, menaçant ainsi Nacer Bouhanni de suspension. Sa défense face aux propos de Patrick Chassé joue en sa défaveur quand il conclut en affirmant que s’il a vraiment vu sa vie défiler devant ses yeux, je lui conseille d’arrêter le vélo en évoquant Jake Stewart. Il insinue aussi une prise de position liée à la boite de communication “Vélobs”, que le journaliste a en commun avec l’équipe Groupama FDJ.

Si l’évènement paraissait enfin perdre de l’ampleur dans le domaine public, il est revenu sur le devant de la scène ce lundi. Dans une story Instagram, Nacer Bouhanni a annoncé avoir déposé plainte suite à des injures racistes qu’il subit depuis bien longtemps, mais ne laissera plus passer.

Capture d’écran @nacer_bouhanni

Ce dernier a reçu une immense vague de soutien de la part de nombreux cyclistes, comme Warren Barguil, Greg Baugé ou Kévin Reza (qui avait également subi des injures sur sa couleur de peau il y a quelques années). Si l’action du sprinteur lorrain est très discutable, il est évident que ces insultes n’ont pas leur place dans le sport.

Nacer Bouhanni, la polémique perpétuelle
Ici sur l’Étoile de Bessège, Nacer Bouhanni réalisait un bon début de saison avec 5 podiums (Sirotti)

Un évènement qui rappelle d’anciennes polémiques


Cela nous rappelle bien que Nacer Bouhanni n’est pas le coureur qui fait le plus consensus dans le peloton professionnel. Dès 2013, alors à la FDJ BigMat, une rivalité se forme entre lui et son coéquipier Arnaud Démare. Une rivalité qui a souvent fait couler de l’encre, ce qu’a souvent peu apprécié Nacer Bouhanni. Pourtant, elle a souvent refait surface dans sa carrière.

C’était le cas sur le Dauphiné 2017 ou il était sanctionné avec le Picard pour un “comportement dangereux”. Un caractère hargneux et perfectionniste qui lui jouera des tours sur Paris-Nice 2016 par exemple, où son sprint houleux face à Michael Matthews lui vaudra un déclassement. Il y a aussi eu la Cyclassic de la même année, où une vague dans les derniers mètres de son sprint lui coûtent sa victoire.

Chez Cofidis, Nacer Bouhanni est passé par toutes les émotions (Sirotti)


Chez Cofidis, Nacer était leader absolu, pourtant, cela n’a pas empêché la polémique à plusieurs reprises. Bouhanni se construira un beau palmarès chez les nordistes ; 40 victoires dont 1 en Grand Tour (Vuelta 2018). Pourtant, sa légitimité en tant que leader va être remise en question dès 2018, avec l’arrivée de Cédric Vasseur comme manager.

Évincé de la startlist du Tour de France deux fois de suite, aucune communication avec Cédric Vasseur : “J’ai vécu l’enfer pendant 2 ans”. Son manager, lui, ne cessait de l’humilier dans la presse, et ne lui adressait plus la parole. Le paroxysme de la crise est atteint en juillet 2019, quand Vasseur, après une énième critique envers son coureur dans la presse, annonce le non-renouvellement de son contrat.

Plus apaisé chez Arkea


En 2020, Nacer Bouhanni avait ainsi rejoint le Team Arkéa Samsic, avec tout un train à son service. Après deux années de tourments psychologiques chez Cofidis, l’arrivée dans l’équipe bretonne était une bouffée d’oxygène pour le Vosgien. L’équipe était elle aussi tournée vers un nouveau projet avec l’arrivée de Nairo Quintana. Emmanuel Hubert avait déclaré: Je lui donne ma chemise (…) Je veux relancer Bouhanni (…) je lui fais confiance”. Nacer eu donc moins de pression, et son nouvel entourage de confiance lui a permis de gagner vite. Dès sa première course, il remporte la 4e étape du Saudi Tour, puis enchaine avec la 1e étape du Tour de Provence. La coupure du Covid ne le ralentira pas, puisqu’il prendra deux autres victoires sur le GP d’Isbergues et Paris-Chauny. Si sa saison n’est pas extraordinaire, elle est bien rassurante.

Nacer Bouhanni a retrouvé le sourire chez Arkéa (Sirotti)

En 2021 également, Bouhanni avait bien démarré sa saison. Dès son premier jour de course, il luttait avec Christophe Laporte mais finit 2e de la première étape de l’Étoile de Bessège. Nacer n’a depuis pas retrouvé le chemin du succès, mais compte 5 podiums. La suite de sa saison s’annonçait bien avec 3 classiques à sa convenance (Cholet, Roue Tourangelle et Scheldeprijs), avant le drame . Si on peut se demander comment Nacer Bouhanni va surmonter ce contexte devenu extra-sportif, il a bien montré dimanche qu’il était encore compétitif, en arrachant la 2e place de la Roue Tourangelle.

2 thoughts on “Nacer Bouhanni, la polémique perpétuelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *