Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Liège-Bastogne-Liège : Qu’ont fait les vainqueurs sur la Flèche Wallonne ?

Souvent, les vainqueurs de La Flèche Wallonne deviennent favoris de Liège-Bastogne-Liège. Mais briller sur la course le mercredi n’est pas tout le temps gage de succès le dimanche. Le bilan depuis 2010.

Arrivée désormais mythique de Liège-Bastogne-Liège, montrant Alaphilippe battu par Roglic, et pourtant persuadé de sa victoire. (Sirotti)


2010 : Alexandre Vinokourov (absent)

En 2010, pas de Flèche Wallonne pour le Kazakhstanais. En effet, le coureur de la Astana est aligné sur le Tour du Trentin (actuel Tour des Alpes), en vue justement de se préparer pour Liège-Bastogne-Liège à court terme, puis pour le Giro sur du plus long terme. Le natif de Beksol n’est donc pas au départ de la Flèche 2010, et n’assiste donc pas au sacre de Cadel Evans, qui sera son futur adversaire sur le Tour d’Italie.

Son pari sera réussi, puisqu’il s’imposera sur la Doyenne. Cette victoire de Vinokourov sera, encore une fois, au centre des controverses. Un média suisse révèlera que le Kazakh aurait payé le russe Alexandr Kolobnev pour qu’il lui laisse la victoire. On ne s’attendait pas à moins de la part de Vino.

Alexander Vinokourov vainqueur de Liège-Bastogne-Liège en 2010. (Sirotti)


2011 : Philippe Gilbert (vainqueur)

Le roi Philippe, seigneur des Ardennes. Il y’a dix ans, nous assistions à ce qui est peut être un des plus beaux exploits de l’histoire du cyclisme. 2011 est l’année qui a forgé la légende de Philippe Gilbert. Sous le cuissard de la Omega Pharma-Lotto, le natif de Verviers réalise le quadruplé historique. Flèche Brabançonne, Amstel Gold Race, Flèche Wallonne, Liège-Bastogne-Liège. Rien que ça. Seul Davide Rebellin avait réussi cet exploit, en 2004. Le Belge avait littéralement écrasé la concurrence.

Le roi Philippe au sommet du Mur d’Huy, salué par son peuple. (Sirotti)


2012 : Maxim Iglinskiy (13ème)

En 2012, c’est un nouveau kazakhstanais qui connaît le sacre à Liège, mais pas celui que l’on attendait. C’est Maxim Iglinskiy qui vient s’imposer sur La Doyenne. Mais si personne ne s’attendait à une telle surprise, le coureur d’Astana avait réalisé une performance plus que correcte sur La Flèche Wallonne quelques jours plus tôt. 13ème en haut du Mur de Huy, sa meilleure performance sur la course.

Iglinskiy avait ensuite réalisé une masterclass quelques jours plus tard. Dans la côte de Saint-Nicolas, il dépose Joaquim Rodriguez, puis arrive à rejoindre Nibali, parti seul devant. Sous la flamme rouge, il distance l’Italien et va ainsi signer ce qui est la plus belle performance de sa carrière.

Purito vient féliciter Maxim Iglinskiy suite à son sacre sur la Doyenne. (Sirotti)


2013 : Dan Martin (4ème)

Cette année-là, Dan Martin passe tout près de devenir le premier Irlandais à monter sur le podium de La Flèche Wallonne. Il termine 4ème mais gommera par la suite cette anomalie en montant trois fois sur la boite (2ème en 2014, 3ème en 2016, 2ème en 2017).

Il arrive donc sur La Doyenne dans le costume d’un des outsiders après une 5ème place l’année d’avant et une belle place sur La Flèche. Alors qu’on arrive dans le final à Ans, il est le seul à suivre l’attaque de Joaquim Rodriguez. Purito débarrassé des autres favoris, croit enfin tenir sa victoire sur Liège-Bastogne-Liège, mais se fait piéger par Dan Martin qui le contre après l’avoir rejoint. 24 ans après Sean Kelly, un nouvel Irlandais vient s’imposer sur La Doyenne.

Dan Martin attaque Purito dans la côte d’Ans et s’envole vers la victoire. (Sirotti)


2014 : Simon Gerrans (absent)

Pas le plus grand fan de ce type d’effort, Simon Gerrans n’a que très peu participé à La Flèche Wallonne. Il a quand mêle réussi a terminer une fois dans le Top 10 en 2009 (8ème). Conscient de ses qualités et de ses défauts, l’Australien décide de ne pas s’aligner sur la course en 2014. Il n’a d’ailleurs plus jamais mis les pieds au Mur de Huy entre 2011 et 2018.

En attendant, son pari est gagnant. Il est assez frais sur Liège-Bastogne-Liège pour suivre les favoris jusqu’au bout. Mais un homme, Caruso est en tête, et ce diable de Dan Martin, tenant du titre, part le rejoindre mais chute dans le dernier virage.

Heureux, Simon Gerrans a réussi son coup, en s’imposant devant Valverde et Kwiatkowski. (Sirotti)

Caruso est donc seul dans la dernière ligne droite, mais ne peut pas résister au sprint lancé par les coureurs lancés derrière. C’est là que Simon Gerrans s’emploie. Bien plus rapide que Valverde et Kwiatkowski, l’Australien s’impose sur La Doyenne. Gerrans ajoute un deuxième Monument à son palmarès après sa victoire sur Milan San-Remo 2012.


2015 : Alejandro Valverde (vainqueur)

A 35 ans, premier doublé pour l’Espagnol de la Movistar. 7 ans après sa dernière victoire, Alejandro Valverde renoue avec le succès sur Liège-Bastogne-Liège. Sur la Flèche Wallonne, il est en pleine hégémonie. Il signe sa deuxième victoire d’affilée sur 4. Il est le roi des Ardennes, et personne n’est à son niveau. Cependant, cette année-là, on découvre au plus haut niveau un Français. Julian Alaphilippe vient défrayer la chronique en terminant dauphin de Valverde sur les deux courses.

Valverde exulte, alors qu’Alaphilippe est fou de rage. (Sirotti)


2016 : Wout Poels (4ème)

Normalement leader du Team Sky sur les Ardennaises, Michal Kwiatkowski connaît une petite méforme. Qu’importe, Wout Poels compense largement cette année-là. Le Néerlandais, plutôt cantonné à un rôle de grimpeur, se sublime. Sur La Flèche Wallonne, il termine au pied du podium (4ème), un premier signe.

V comme victoire, belle célébration de Wout Poels. (Sirotti)

Puis sur Liège-Bastogne-Liège, il piège tous les favoris en sortant avec Michael Albasini et Rui Costa. Sur le papier, il est peut-être le coureur avec la moins bonne pointe de vitesse. Ce qui ne l’empêche pas de lever les bras sur la ligne. Une énorme surprise un peu sans lendemain. Hormis une 10ème place en 2019 sur LBL, il ne rejouera plus jamais les premiers rôles sur les Ardennaises.


2017 : Alejandro Valverde (vainqueur)

Le 3ème et dernier doublé pour Alejandro Valverde. Une nouvelle fois, et en l’absence de Julian Alaphilippe, il domine La Flèche Wallonne sans trembler devant Dan Martin. L’Irlandais qui sera de nouveau son dauphin sur Liège-Bastogne-Liège. Ce jour-là, Valverde remporte son dernier Monument en date.

Dernière victoire de Valverde au sommet du Mur d’Huy en 2017. (Sirotti)


2018 : Bob Jungels (41ème)

C’est la fin d’un cycle ! En effet, pour la première fois depuis 2014, Valverde ne sera ni vainqueur de Liège-Bastogne-Liège, ni vainqueur de la Flèche Wallonne ! Julian Alaphilippe s’impose pour la première fois en haut du Mur de Huy devant l’Espagnol. Il devance largement ce jour-là son coéquipier Bob Jungels, 41ème.

Le Luxembourgeois qui est pourtant dans une belle forme comme il le démontre sur Liège-Bastogne-Liège quelques jours plus tard. Il anticipe le final en sortant en solitaire et ne sera jamais repris. Julian Alaphilippe est obligé de faire le jeu de l’équipe et ne bouge pas. Compagnon de chambre du Français, Bob Jungels s’empare de son seul Monument, son dernier gros fait d’armes.

Bob Jungels, souffrant mais filant vers son premier monument. (Sirotti)


2019 : Jakob Fuglsang (2ème)

Le printemps 2019 est marqué par un joli duel entre Jakob Fuglsang et Julian Alaphilippe. Après avoir animé l’Amstel Gold Race avant de se faire rattraper dans les derniers mètres par Mathieu Van der Poel, le duo va continuer le spectacle sur les Ardennaises. Nouveau bras-de-fer entre les deux hommes sur La Flèche Wallonne. Julian Alaphilippe montre au Danois qu’il est le meilleur puncheur, en le battant au Mur d’Huy.

Second round sur Liège-Bastogne-Liège. Mais là, avantage clair et net à Fuglsang qui fusille ses adversaires dans la côte de la Roche aux Faucons, à 15 kilomètres de l’arrivée. Le Danois s’impose en solo sur la course. Loin devant Julian Alaphilippe (16ème).

Jacob Fuglsang produit son effort dans la cote de la Roche aux Faucons. (Sirotti)


2020 : Primoz Roglic (absent)

En 2020, le calendrier cycliste est assez spécial. En effet, il est nettement condensé pour permettre à toutes les courses de se dérouler. De ce fait, ni Julian Alaphilippe, ni Alejandro Valverde, ni Jakob Fuglang, ni Primoz Roglic ne sont de la partie sur La Flèche Wallonne. C’est donc le Suisse Marc Hirshi qui s’impose au sommet du Mur d’Huy.

Naturellement, Hirschi est parmi les favoris pour Liège-Bastogne-Liège. Mais sur La Doyenne, il ne s’impose pas. La faute à Julian Alaphilippe, auteur d’un gros remous dans le final, et qui sera par la suite déclassé. Le coureur d’UAE termine deuxième de la course. Et c’est donc Primoz Roglic qui vient remporter son premier Monument, grâce à un jeté de vélo audacieux lui permettant de chiper la victoire au champion du monde.

Pas présent sur La Flèche Wallonne, Primoz Roglic vient s’imposer sur Liège-Bastogne-Liège 2020. (Sirotti)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *