Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Roche : « Des conclusions sévères sur Romain Bardet »

Quelques semaines après un Giro conclu à la 59ème place, Nicolas Roche est revenu sur l’épreuve italienne ainsi que son rôle auprès de son leader, Romain Bardet. Ce dernier, critiqué suite à sa 7ème place sur le Tour d’Italie, a reçu le soutien de son coéquipier et capitaine de route. Pour Roche, Romain Bardet est un grand coureur, capable de remporter de belles victoires.

Quelques semaines après un Giro conclue à la 59ème place, Nicolas Roche est revenu sur l'épreuve italienne ainsi que son rôle auprès de son leader, Romain Bardet. Ce dernier, critiqué suite à sa 7ème place sur le Tour d'Italie, a reçu le soutien de son coéquipier et capitaine de route. Pour Roche, Romain Bardet est un grand coureur qui a prouvé par le passé, et peut encore remporter de belles victoires.
Romain Bardet peut être satisfait de son Giro selon Nicolas Roche (Crédit : Sirotti)


Il vient de boucler son 22e Grand Tour en carrière (il a également connu deux abandons) : un Giro « difficile de par son parcours et ses conditions climatiques ». Mais cela n’empêche pas Nicolas Roche de verser rapidement dans l’ironie. « Le cycliste a une mémoire sélective : chaque fois que l’on fait un Grand Tour, on a l’impression que c’est le plus dur et on oublie les autres », explique l’Irlandais dans un sourire. Quelque soit la difficulté, Nicolas Roche n’a pas chômé durant les trois semaines italiennes.

Un « très bon » Giro de Bardet

« J’ai toujours eu ce rôle de capitaine de route, mais cette année mon travail a un peu changé. J’ai plus travaillé en plaine, parce qu’on avait des gars qui devaient emmener Romain Bardet dans la montagne ». Protéger Romain Bardet, voilà le travail qu’a dû fournir Nicolas Roche. Avec même un bon de sortie lors de la 18e étape, terminée à la 3e place. « Globalement, c’était un bon Giro. J’ai fait mon boulot pour Romain du mieux possible ».

Romain Bardet, le cœur de notre entretien avec le vétéran Nicolas Roche. Grand espoir tricolore du dernier Giro, le grimpeur a déçu avec sa 7e place, que tient à relativiser son coéquipier. « L’équipe et Romain visaient le podium. Ça pouvait paraître ambitieux mais quand on est une équipe comme DSM, avec un grimpeur comme Bardet, c’est logique d’espérer un tel résultat », explique le cinquième de la Vuelta 2013. « Comme nous, il s’est battu jusqu’au bout, il a fait de magnifiques journées, notamment sous la neige vers Cortina d’Ampezzo. Même le dernier samedi, il a tout donné sans penser au contre-la-montre. D’un point de vue du résultat il était déçu, mais sur un plan personnel, il a fait un très bon Giro ».

Quelques semaines après un Giro conclue à la 59ème place, Nicolas Roche est revenu sur l'épreuve italienne ainsi que son rôle auprès de son leader, Romain Bardet. Ce dernier, critiqué suite à sa 7ème place sur le Tour d'Italie, a reçu le soutien de son coéquipier et capitaine de route. Pour Roche, Romain Bardet est un grand coureur qui a prouvé par le passé, et peut encore remporter de belles victoires.
Lors de la 18e étape du Giro, Nicolas Roche a délaissé son rôle d’équipier pour tenter sa chance. Il termine 3e (Crédit : Sirotti)


Nicolas Roche au soutien de Romain Bardet


En bon capitaine de route, ancien leader sur certains grands tours, Nicolas Roche connaît la pression qui touche Romain Bardet au quotidien. C’est pour cela qu’il le défend auprès des critiques. « Pour les médias, quand un coureur part en échappée, il est déjà champion du monde. S’il a un coup de moins bien, il est bon pour la retraite », fulmine le double vainqueur d’étape sur le Tour d’Espagne. « On fait vite des champions et on leur coupe vite la tête, Romain comme les autres. Quand ça va moins bien, on jette à la poubelle et on cherche le suivant ».

Gagner un grand tour ? Difficile pour Bardet


L’Irlandais pointe également la concurrence pour expliquer les moindres succès du Français. « On ne va pas se voiler la face non plus, le niveau s’élève. Aujourd’hui, il n’y a pas une course où les records d’ascensions ne sont pas broyés. Pas battus, broyés. Le niveau monte, Romain vieillit également, mais je pense qu’on tire des conclusions un peu rapides et sévères à son sujet ». Et Roche de poursuivre en évoquant un souvenir commun du temps d’AG2R. « L’autre jour il avait retrouvé une vidéo : on fait une course en stage et il me bat. On en a rigolé. C’était ça Romain : il a toujours eu le couteau entre les dents, c’était le grand talent du futur. Et depuis il a confirmé ».

Quelques semaines après un Giro conclue à la 59ème place, Nicolas Roche est revenu sur l'épreuve italienne ainsi que son rôle auprès de son leader, Romain Bardet. Ce dernier, critiqué suite à sa 7ème place sur le Tour d'Italie, a reçu le soutien de son coéquipier et capitaine de route. Pour Roche, Romain Bardet est un grand coureur qui a prouvé par le passé, et peut encore remporter de belles victoires.
Pendant le Giro, Nicolas Roche a travaillé aux côtés de Romain Bardet (Crédit : Sirotti)


Malgré tout, Roche voit mal Bardet remporter un Grand Tour d’ici la fin de sa carrière. « Aujourd’hui très peu de coureurs peuvent prendre le départ d’un grand tour en disant, je viens pour le gagner. Avec des Bernal, Roglic, Pogacar, le niveau n’est pas élevé, il est extrêmement élevé. En revanche, sur les Classiques, je pense que Romain a encore de magnifiques choses à prouver », termine l’Irlandais dans le flou pour la suite de son programme. Cela pourrait s’écrire sur la Vuelta, pour aider le Français à briller sur les routes espagnoles. Avec un capitaine de route qui connait le terrain par cœur, Romain Bardet pourrait bien avoir des ambitions à la fin du mois d’août…   

3 thoughts on “Roche : « Des conclusions sévères sur Romain Bardet »

  1. Je suis tout à d’accord avec ce que dit Nico .Il faut que les médias arrêtent de vouloir faire la pluie et le beau temps , et qu’ils laissent un peu tranquille les coureurs! Le baratin et la “tchatche” ça va un moment!! Le niveau des coureurs augmente sans cesse mais celui de certains journalistes baisse sans cesse ! Qu’ils arrêtent un peu leur “baratin” et de lire “leur cahier” . Pourquoi ne voit-on pas Philippe BRUNEL!
    Bravo Romain, continu comme tu fais , tu fais ton métier, comme il faut, et continu comme celà . Merci pour ton point de vue , Nico! Je suis fan des …ROCHE….c’est également mon nom , je fais encore beaucoup de vélo ( 79 ans) et admire et RESPECT tous les cyclistes!!

  2. Pour moi je trouve facile de tirer sur l’ambulance. N’oublions pas que Romain à la base n’était pas le leader du Giro et que malgré tout cela il a montré quel grand sportif il est en reprenant les rennes quand son leader ne pouvait plus assurer afin d’être dans les 10 premiers du classement. Son travail et son mental ont été encore exceptionnels. C’est un grand. On ne peut pas prédire l’avenir même s’il est vrai qu’il y a du beau monde sur le circuit. Je trouve les journalistes très pessimistes quant à ses possibilités mais rappelez vous l’année dernière comment il a réussi à arriver 4ème après sa chute ayant entraîné une commotion cérébrale. Si ça c’est pas une volonté de battant… J’adore le voir se battre contre lui-même quand il est dans les favoris. Merci Mr ROCHE pour votre travail auprès de Romain.

  3. Oui .7 du giro veut dire qu en 23 jours il n a que très peu lache de tps.
    Apres roche a raison un gd tour pour Romain sera compliqué à moins su une vuelta 2021 soit possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *