Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Top 5 – les coureurs relancés par la Quick Step

Cinq ans après, Mark Cavendish a retrouvé le chemin de la victoire sur les routes du Tour de France sous les couleurs de la Deceuninck-Quick Step. La formation belge est spécialiste des relances de coureurs en panne.



5- Elia Viviani (2018-2019)

Viviani Giro 2016
Viviani peut remercier la Quick Step. (Sirotti)

Avant d’arriver chez Quick Step, Elia Viviani ne comptait qu’une seule victoire d’étape de Grand Tour dans son palmarès. Quand il quitte la formation, il avait grimpé à 9 ! Pour vous dire la transformation.

Lors de son passage chez Sky, l’Italien était un bon sprinteur. 9 victoires notamment en 2017 dont la Cyclassics de Hambourg avant d’arriver dans la bande de Patrick Lefevere. Mais après son transfert (pour remplacer Kittel), il passe un cap.


Il mange tout sur le Giro : 4 étapes et le maillot cyclamen en prime. Puis sur la Vuelta, il rajoute 3 bouquets. Entre temps c’est aussi une nouvelle victoire sur la Cyclassics, le titre de champion d’Italie pour un total de 19 succès.

En 2019, il s’impose sur sa seule étape du Tour de France, mais aussi la Cyclassics (pour la troisième fois), la RideLondon plus un titre de champion d’Europe. Deux années fastes avant de partir du côté de la Cofidis, où il compte un seul trophée en 1 an et demi…


4- Marcel Kittel (2016-2017)

Marcel Kittel maillot rose sur le Giro 2016.
Marcel Kittel maillot rose sur le Giro 2016. (Sirotti)


Pour sa cinquième année avec Giant-Alpecin, Marcel Kittel est en bout de course. Gêné par un virus au début de l’année 2015, il réalise une saison quasi blanche. Une seule victoire sur le Tour de Pologne, et surtout une non-sélection pour le Tour de France cette année-là. « Le moment le plus difficile de ma carrière », dit-il à l’époque. La fracture avec la formation allemande est actée. Il rompt son contrat un an avant la fin et s’engage chez Etixx-Quick Step. Son rôle est de remplacer Mark Cavendish, parti à Dimension Data.


Il performe dès son premier jour de course. Il s’impose au sprint sur la première étape du Tour de Dubaï. Derrière il ne s’arrête pas. 12 victoires au total dont deux étapes du Giro en portant le maillot rose, et une victoire sur le Tour de France. La deuxième année est encore mieux, 13 victoires dont cinq sur la Grande Boucle qu’il doit abandonner, maillot vert sur le dos. Marcel Kittel est de nouveau considéré comme le meilleur sprinteur du monde avant de s’envoler pour Katusha-Alpecin. Le début de la fin pour celui qui a pris sa retraite bien tôt.


3- Philippe Gilbert (2017-2019)

La victoire de Philippe Gilbert sur Paris-Roubaix 2019
La victoire de Philippe Gilbert sur Paris-Roubaix 2019, toujours pas de successeur… (Sirotti)


Pour sa dernière saison avec BMC, Philippe Gilbert n’est plus au top de sa carrière. Considéré comme l’un des meilleurs puncheurs de l’histoire, le Belge s’essouffle un peu. Il conquiert quand même le titre de champion national, seul fait notable de son année 2016 mais n’a plus sa giclette d’antan.

Il trouve refuge chez Quick Step-Floors pour 2017 (où il croise Kittel). Là-bas, il redécouvre sa passion pour les Flandriennes (3ème du Tour des Flandres 2010). 5 ans après sa dernière participation, il s’aligne à nouveau sur le monument belge. Il s’impose après un incroyable numéro. Quelques jours plus tard, il récidive sur l’Amstel pour un quatrième succès.


Son année 2018 est plus compliquée et résumée en une seule image. Sa chute dans le ravin en pleine descente du Col du Portet-d’Aspet.


Peu importe, il rebondit encore plus fort en 2019 en remportant Paris-Roubaix. Il devient le premier Belge wallon à s’imposer depuis 1960 (Pino Cerami) et tout ça à 36 ans. Mais surtout il ajoute un 4ème Monument à son actif, ne lui manquant maintenant que Milan-San Remo. En fin d’année, il gagne ensuite deux étapes sur la Vuelta pour bien finir son histoire avec l’équipe de Patrick Lefevere.



2- Cédric Vasseur (2006-2007)

Cédric Vasseur Tour de France 2007.
Vasseur reçoit le trophée de la dernière victoire de sa carrière. (Sirotti)

Avant de s’engager avec l’équipe de Patrick Lefevere, Cédric Vasseur est dans la tourmente. Pris dans l’Affaire de dopage de la Cofidis, il ne peut participer au Tour de France 2004. Amer, il balance au Parisien : « Il est regrettable de voir qu’un coureur cycliste n’a pas les mêmes droits qu’une personne normale. De quel droit un mis en examen n’a-t-il pas le droit d’exercer son métier ? À moins d’avoir une preuve de culpabilité avérée contre elle, toute personne a droit au respect. Aujourd’hui, ce droit est bafoué ».

Finalement il n’est pas inquiété, mais il n’arrive pas à se relancer. Son année 2005 est sevrée de succès. Alors il décide de passer la frontière pour rejoindre les rangs de Quickstep – Innergetic. Il gagne de nouveau sur le GP d’Isbergues en 2006, avant de lever les bras une dernière fois sur le Tour de France. Une victoire à 37 ans d’un rien devant Sandy Casar. Vasseur déclare juste après : « Je peux quitter le monde du cyclisme la tête haute ». La meilleure des fins.



1- Richard Virenque (2001-2004)

10 ans après, Richard Virenque reporte le maillot jaune en 2003
10 ans après, Richard Virenque reporte le maillot jaune en 2003. (Sirotti)

On connait tous l’histoire de Richard Virenque, l’un des plus grands coureurs français de l’histoire. Après l’affaire Festina en 1998, le tricolore finit par avouer s’être dopé deux ans plus tard en 2000. Il écope d’une suspension. Mais qui lui ouvre les portes ensuite ? Patrick Lefevere et la Domo Farm Frites.

Il commence avec une Vuelta pour se mettre en jambes avant de remporter Paris-Tours, classique souvent réservée aux sprinteurs, et termine 4ème du Tour de Lombardie.

Ensuite, c’est trois victoires d’étape après un joli raid solitaire, deux nouveaux maillots à pois, et même le port du jaune un jour en 2003. Avec Domo Farm Frites, puis Quickstep-Davitamon, les dernières années de Richard Virenque sont magiques. La plus belle relance selon nous d’un coureur qui aurait pu sombrer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *