Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Tour de France : étape 9 – les tops et les flops

Le plus fort c’est O’Connor, enfin si l’on enlève le phénomène slovène. Lutsenko et Gaudu perdent du temps, les tops et les flops de cette neuvième étape du Tour de France.

Ben O’Connor vainqueur à Tignes. (Sirotti)


Les tops

Ben O’Connor

Homme fort de l’échappée, le leader de la formation AG2R Citroën était le plus costaud. Malgré sa fébrilité dans les descentes, l’Australien de 25 ans a su gérer ses efforts et se focaliser sur la montée finale vers Tignes. Il a abordé l’ascension avec 30 secondes de retard sur le duo colombien Higuita – Quintana. Mais au train, il est revenu et a distancé Nairoman puis le grimpeur de poche d’EF quelques kilomètres plus loin. En solitaire, il décroche sa première victoire sur le Tour de France et s’est même permis de rêver un instant de porter le maillot jaune. L’Australien aime la pluie !

Tadej Pogacar

Même après sa démonstration d’hier, Pogi n’était pas en reste. Le leader du classement général a vécu une journée plus que tranquille, et s’est permis d’assommer encore un peu plus ses adversaires à la victoire finale. En contrant une attaque de Richard Carapaz dans la montée de Tignes, le Slovène a fait sauter de sa roue tous les membres du mince peloton de leaders. Comme dans son raid solitaire d’hier, il a foncé vers le sommet pour asseoir sa supériorité. Il reprend 34 secondes au groupe de favoris et creuse encore l’écart. Il n’y a rien à faire face à lui pour l’instant.

Sonny Colbrelli

Le champion d’Italie sait absolument tout faire. D’abord, il s’est démené en début d’étape pour prendre les 20 points au sprint intermédiaire de Praz-sur-Arly. Comme hier, il a devancé Michael Matthews. Ensuite, il a poursuivi son effort pour se glisser dans l’échappée. Dans le groupe de poursuivants avec notamment Guillaume Martin, il s’est accroché pour aller chercher à la surprise générale la 3ème place de l’étape. Un exploit non négligeable pour lui puisque cette place d’honneur lui permet d’engranger 15 points supplémentaires pour le classement du maillot vert. Le sprinteur-puncheur revient à 47 points de Mark Cavendish.

Les flops

Astana

On pouvait attendre beaucoup de la formation kazakhstanaise aujourd’hui. Encore plus lorsque l’on a aperçu Fraile et Fuglsang se glisser dans l’échappée. Mais rien. Complètement hors sujet dans le groupe de poursuivants, le Danois s’est fait distancer dans le terrible Col du Pré alors que le champion d’Espagne était déjà loin. La journée est aussi à oublier pour Alexey Lutsenko. Dans le dur lors de l’accélération de Pogacar, le troisième du général avant l’étape termine à plus d’une minute du groupe Carapaz. Il perd trois places au général.

Michael Woods

Le Canadien en a beaucoup trop fait. Dans le bon coup initial, il s’est complètement éteint au sommet du Col du Pré. La raison semble évidente : la course au maillot de meilleur grimpeur. Le leader d’Israël Start-Up Nation a livré une rude bataille à Wout Poels et Nairo Quintana dans la première partie de l’étape. Des efforts supplémentaires dans des conditions dantesques qui ont obligé le natif de Toronto à mettre de côté la victoire d’étape. Woods pointe à 8 points de Quintana, nouveau porteur du maillot blanc à poids rouges.

David Gaudu

A l’instar de Lutsenko, le grimpeur français n’a pas résisté à l’attaque de Pogacar. Au top hier, Il a lâché les roues des autres prétendants au podium final dans les derniers kilomètres de la montée de Tignes. Il perd une minute sur ses concurrents et perd une place au général. Gaudu est désormais à 7’22” du phénomène slovène et à 2 minutes du podium.

2 thoughts on “Tour de France : étape 9 – les tops et les flops

  1. Très belle étape et un grand bravo à O’CONNOR ! Pour le reste, nos petits Français ont encore du pain sur la planche, mais ils ont le courage !Guillaume MARTIN a bien géré sa course , selon ses moyens . Tadej POGACAR, rien à dire , il est vraiment au dessus du panier, et fait parti des grands du TOUR : Fausto COPPI, Jacques ANQUETIL, Eddy MERCK, Bernard HINAULT , Miguel INDURAIN !
    Encore une fois nos journalistes ,ont mis les grands moyens , mais leur grand “baratin” commence a être pénible : un peu moins de parlotte ferait du bien, et il ne sert à rien de vouloir “meublé” à tout prix. Bravo à tous ces coursiers , chapeau à tous et merci à eux de nous faire aimer le vélo !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *