Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Tour de France – Étape 12 : Politt, Küng, Alaphilippe…. les réactions

Après une journée difficile avec la double ascension du Mont-Ventoux, le peloton a voulu se reposer et laissé filer une belle échappée. En costaud, l’Allemand Nils Politt a su faire la différence dans le final pour remporter la plus belle victoire de sa carrière.

Nils Politt était trop fort à Nîmes. (Sirotti)

Nils Politt (Bora-Hansgrohe), vainqueur de l’étape :

« C’est le plus beau moment de ma carrière. C’est vrai que l’abandon de Peter Sagan a modifié notre tactique. Ça nous a donné une occasion de saisir notre chance. Je me suis retrouvé devant avec cette nouvelle tactique et je voulais terminer en beauté. Je savais qu’il y avait des sprinteurs et des coureurs rapides. Il fallait que j’essaye quelque chose pour essayer de fatiguer ceux qui étaient rapides. Mon directeur sportif m’a dit de me lancer de loin. Lors de la dernière bosse, on était déjà plus que 4, et je connaissais bien l’arrivée parce qu’il y a deux ans on y était passé. C’était donc le moment de se lancer. Aujourd’hui tout a bien fonctionné et ça s’est soldé par cette victoire de rêve ».

Stefan Küng (Groupama-FDJ), 4ème de l’étape:

« Je suis vraiment allé au bout. Après ce Tour tellement difficile jusqu’à présent et la journée d’hier, je n’avais juste pas assez de réserve aujourd’hui pour pouvoir jouer la gagne. Je me suis accroché, j’ai tout donné, tout essayé. J’ai commencé à cramper à la fin, je ne pouvais pas faire plus. Il ne faut pas oublier qu’on est au 12ème jour du Tour avec une épreuve la plus dure que j’ai couru. Je savais que ça pouvait être une journée top pour aller dans l’échappée, mais là je suis juste mort ».

Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step), 9ème de l’étape :

« Il fallait rester concentré. C’était un départ rapide avec beaucoup de vent. Quand le groupe s’est détaché, c’était quand même bien d’avoir un coureur à l’avant. Bon ba c’était moi. Même si l’étape correspondait plus à Kasper (Asgreen) dans un profil roulant comme ça. Je savais qu’en plus avec des coureurs rapides, ça allait jouer tactique dans le final. Bon les jambes étaient un peu lourdes, donc pas de regret. Je veux encore gagner des étapes, mais je dois récupérer un petit peu avant. ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *