Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Tour de France – étape 19 : Mohoric, Bonnamour, Gesbert,… les réactions

Matej Mohoric est le grand vainqueur du jour sur les routes du Tour de France. Retrouvez toutes les réactions à l’issue de cette 19ème étape de la Grande Boucle, courue entre Mourenx et Libourne.

Matej Mohoric est le grand vainqueur du jour sur les routes du Tour de France. Retrouvez toutes les réactions à l'issue de cette 19ème étape de la Grande Boucle, courue entre Mourenx et Libourne.
Matej vous salue bien (Crédit : ASO)


Matej Mohoric (Bahrain Victorious), vainqueur de l’étape :

« Je n’ai rien à cacher »

« Ma célébration ? Je pensais à ce qu’il s’était passé il y a 48h quand on m’a traité comme un criminel. La police n’a rien trouvé. Cela prouve que toutes les équipes sont contrôlées. C’est toujours compliqué de voir un policier entrer dans votre chambre, tout fouiller et vous poser des questions. Vous pensez à votre famille, vos amis dans ces cas-là. Je n’avais rien à cacher. »


Franck Bonnamour (B&B Hôtels), 19ème de l’étape :

« Mon Tour est réussi »

« J’ai tout mis, je voulais passer la journée devant. On n’a jamais eu trop d’avance, donc on n’a jamais pu gérer, on a tout fait à bloc. Mohoric était tout simplement au-dessus, il passait plus fort et plus longtemps que nous. Je pense que c’est le plus fort qui a gagné aujourd’hui. J’ai coincé à 15-20 kilomètres de l’arrivée donc je suis un peu déçu mais je paye mes efforts du Tour. Hier, j’ai fait l’étape à bloc, je l’ai peut-être payé dans le final. Je me suis encore montré aujourd’hui, j’ai fait six échappés dont cinq qui vont au bout. Mon Tour est réussi ».

Christophe Laporte (Cofidis), 2ème de l’étape :

« Décevant de faire deuxième »

« Quand Mohoric est sorti, on l’a tous vu. Il était devant depuis le début, on ne savait pas comment il allait. Ça faisait 30 kilomètres qu’on se mettait des peignées comme on dit. J’ai tenté de le suivre mais je n’ai pas réussi à rentrer. Je n’ai pas de regret de faire deuxième parce que j’ai donné le maximum. Mais bien sûr que c’est décevant de faire deuxième. »


Mark Cavendish (Deceuninck-Quick Step), 111ème de l’étape :

« Eddy Merckx est un ami »

« Il reste deux étapes pour valider le maillot Vert. Il me faut arriver à Paris. La probabilité que je le garde est élevée mais il ne faut pas tuer la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Je connais Eddy Merckx depuis longtemps, il est plus qu’un héros pour moi, c’est un ami. Qu’il me félicite pour ce que j’ai fait, ça signifie tellement de choses pour moi. »



Elie Gesbert (Arkea-Samsic), 16ème de l’étape :

« J’ai pris le retour d’élastique »

« Il fallait vraiment s’accrocher parce qu’il n’y avait que des grands rouleurs à l’avant. L’objectif c’était d’anticiper les attaques des rouleurs dans le final. Ça grimpait un petit peu, j’ai essayé d’y aller avec Franck Bonnamour notamment. Derrière, j’ai pris le retour d’élastique. J’ai tout tenté, ça ne l’a pas fait. Mohoric avait l’air d’être très bien, il a su mettre la bonne attaque au bon moment pour gagner sa deuxième étape sur ce Tour de France. »




Anthony Turgis (Team TotalEnergies), 9ème de l’étape

« Rageant »

« Mohoric, je le vois partir, j’étais là, après ce sont des choses qui arrivent. J’ai failli passer à la trappe un peu plus tôt. Je suis le dernier à rentrer de l’échappée. Faire cet effort m’a coûté un petit peu pour le final. C’est rageant, parce qu’à mi-parcours, on s’isole à 20, et à partir de là, il faut savoir être dans les bonnes positions. C’est dommage, mais au moins j’étais présent. »  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *