Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Tour de France : la Bora trop gourmande ?

Après avoir pensé à emmener deux sprinteurs et un coureur pour le général, la Bora a fait volte-face et se présente finalement au départ de Brest sans Pascal Ackermann mais avec un Emanuel Buchmann en invité surprise. Avec des objectifs aussi divers que sa sélection, l’équipe allemande s’éparpille au risque de passer à côté de son Tour.

Peter Sagan tentera de ramener un 8e maillot vert à Paris. (A.S.O. – Pauline Ballet)

Maillot jaune : ⭐⭐

Maillot vert : ⭐⭐⭐⭐⭐

Maillot à pois : ⭐⭐⭐

Maillot blanc : ⭐

Classement par équipes : ⭐⭐⭐

Le leader : Wilco Kelderman

Il n’a jamais réussi sur le Tour, mais sa 3e place au Giro 2020 lui a donné du crédit aux yeux de ses dirigeants. Désigné pour viser le Top 5 du général, Wilco Kerlderman est en jambes. Il a terminé 4e du récent Critérium du Dauphiné, au bénéfice notamment d’un très bon chrono. 5e du Tour de Catalogne en mars, le Néerlandais n’a jamais été flamboyant en montagne cette saison mais a démontré de grandes qualités de rouleur. Sur le papier, le tracé de ce Tour de France peut donc lui correspondre. Mais la concurrence ne sera pas la même que celle qu’il a affrontée en Italie l’année dernière.


L’objectif : un Top 5 et une victoire d’étape

Ce sont les deux objectifs affichés par Bora-hansgrohe. Si le premier semble difficilement atteignable, le second semble être une formalité pour la formation allemande qui a toujours ramené au moins un bouquet depuis son arrivée en World Tour. Elle totalise même sept victoires lors des quatre derniers actes. Lever les bras sera l’ambition de tous, à commencer par Peter Sagan. Emanuel Buchmann et Patrick Konrad auront le même but lors des étapes de montagne, tandis que Lukas Postlberger et Ide Schelling, tous deux vainqueurs ces dernières semaines, seront envoyés à l’avant sur les étapes intermédiaires.


Le coureur à suivre : Peter Sagan

Il est revenu à un niveau plus qu’honorable et a retrouvé le chemin de la victoire, en Romandie d’abord puis sur le Tour d’Italie. Limité en vitesse pure, il n’a pas hésité à mettre son équipe à contribution pour piéger les sprinteurs de loin et s’imposer en petit comité. Et ça tombe bien : plusieurs étapes présentent un profil qui se prête parfaitement à ce genre de stratégies, notamment celles du Creusot et de Nîmes. Au-delà de la gagne, Peter Sagan tentera une énième fois de ramener le maillot vert à Paris, comme il l’a déjà réalisé à sept reprises. Bien inspiré par le cyclamen obtenu en Italie, il fera face dans cette bataille à Sonny Colbrelli et Michael Matthews, notamment.

L’avis du consultant :


La sélection :

Peter Sagan
Emanuel Buchmann
Wilco Kelderman
Patrick Konrad
Daniel Oss
Lukas Pöstlberger
Nils Politt
Ide Schelling

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *