Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Tour de France – rétro : Froome à pied dans le Ventoux

Chris Froome a un peu tout connu avec le Mont Ventoux : il y a gagné en 2013, et puis a connu l’irrationnel, l’inédit, bref l’incroyable en 2016. Avant qu’il ne retrouve le Mont Chauve pour deux ascensions, retour sur cette fin d’étape complètement dingue, qui aurait pu lui faire perdre le Tour, mais qui s’est bien terminée pour le Britannique.

Chris Froome a un peu tout connu avec le Mont Ventoux : il y a gagné en 2013, et puis a connu l'irrationnel, l'inédit, bref l'incroyable en 2016. Avant qu'il ne retrouve le Mont Chauve pour deux ascensions, retour sur cette fin d'étape complètement dingue, qui aurait pu lui faire perdre le Tour, mais qui s'est bien terminée pour le Britannique.
L’arrivée compliquée pour Chris Froome au Chalet Reynard (Crédit : Sirotti)


Thomas De Gendt a posé pied à terre depuis près de 3 minutes. Le Belge peut savourer sa 9ème victoire professionnelle : il vient de l’emporter sur le Mont Chauve. Certes ce n’est pas le sommet du Mont Ventoux, « seulement » le Chalet Reynard, la faute à des conditions qui obligent les organisateurs à raccourcir l’étape le matin même. Malgré tout, quatre ans après le Stelvio, De Gendt signe un nouveau succès retentissant.

Mais ce qui intéresse les suiveurs désormais, c’est la bataille pour le Maillot Jaune. Les favoris du Tour sont à 3 kilomètres de l’arrivée et personne n’a encore bougé. Puis on annonce une attaque de Chris Froome. À vrai dire, on doit le croire sur parole puis qu’il y a trop de monde sur le bord de la route, et aucune caméra n’est placée à l’avant du groupe Froome. Puis la moto dépasse un Richie Porte à terre. Mais c’est le plan suivant qui va faire le tour du monde.

Froome court sur le Ventoux !

Quelques mètres plus haut que l’Australien de la BMC, Chris Froome est en train de… courir sur les pentes du Ventoux ! En plusieurs décennies, le Mont provençal a vécu des moments forts, certains tragiques comme Tom Simpson en 1967. Mais là, c’est une image inédite, et que personne n’aurait pu imaginer voire même rêver. Le leader de la Grande Boucle, sans vélo, brisé dans la chute avec une moto, court sur la chaussée pour perdre le moins de temps possible. « La moto qui ouvrait a dû s’arrêter d’un coup parce qu’elle n’avait plus le passage pour passer. Tout le monde a été stoppé. La moto juste derrière m’est rentré dedans et a cassé mon vélo », raconte le héros de la journée.

Chris Froome a un peu tout connu avec le Mont Ventoux : il y a gagné en 2013, et puis a connu l'irrationnel, l'inédit, bref l'incroyable en 2016. Avant qu'il ne retrouve le Mont Chauve pour deux ascensions, retour sur cette fin d'étape complètement dingue, qui aurait pu lui faire perdre le Tour, mais qui s'est bien terminée pour le Britannique.
Le masque pour Chris Froome, groggy après ce qui vient de lui arriver (Crédit : Sirotti)

Durant plusieurs mètres, le Britannique, court, zigzaguant pour laisser passer les motos, les voitures, mais aussi Richie Porte. Collé à l’oreillette, il appelle désespérément sa voiture, trop loin pour lui porter secours. Comme dans un état second, Froome continue de courir. « Froome perd un peu les pédales. Ils sont tellement au sommet de l’effort qu’ils en perdent le côté rationnel », juge aujourd’hui Vincent Lavenu, aux premières loges ce jour-là. Froome, en revanche, n’a pas le même jugement. « C’était une scène surréaliste. Je n’avais plus de vélo et il ne restait plus qu’un kilomètre pour finir. Je me suis dit : « Je ne vais pas rester ici, je vais continuer à pied » jusqu’à la fin ou en attendant un vélo ». Le « sprint fou » de Chris Froome dans le Ventoux se termine au bout de quelques interminables secondes pour lui, lorsque la voiture neutre arrive enfin à sa hauteur.

Deux changements de vélo, plus d’une minute perdue au Ventoux

Problème, les pédales du vélo qu’on lui donne ne correspondent pas à ses chaussures. Le leader de la Sky tente vainement de pédaler efficacement, mais sa monture semble trop petite pour lui. L’image serait comique si l’intéressé ne vivait pas l’un des pires moments de sa carrière de sportif. Loin de toutes ces considérations, Bauke Mollema, tombé au même moment que Froome et Porte mais reparti immédiatement, franchit la ligne d’arrivée. Les chronos sont lancés…

Le Néerlandais est suivi une vingtaine de secondes plus tard par le groupe Bardet. En son sein, Adam Yates reste devant Mollema au général et peut surtout viser le Maillot Jaune. Malgré quelques secondes perdues la veille vers Montpellier, le maillot blanc n’est qu’à 28 secondes au général. 400m plus bas, Chris Froome peut enfin terminer son ascension du Mont Ventoux : la voiture Sky est enfin arrivée et lui donne un vélo.

Chris Froome a un peu tout connu avec le Mont Ventoux : il y a gagné en 2013, et puis a connu l'irrationnel, l'inédit, bref l'incroyable en 2016. Avant qu'il ne retrouve le Mont Chauve pour deux ascensions, retour sur cette fin d'étape complètement dingue, qui aurait pu lui faire perdre le Tour, mais qui s'est bien terminée pour le Britannique.
A l’arrivée, Chris Froome, emmené par Sergio Henao, a la tête basse (Crédit : Sirotti)

Quand il termine enfin l’étape, Chris Froome n’est plus le Maillot Jaune du Tour de France 2016. Il perd 1 minute et 20 secondes sur Yates, Bardet ou Meintjes, et encore plus sur Mollema. Cette Grande Boucle vient de basculer, alors qu’il reste encore les Alpes à traverser. Mais un dernier retournement de situation va encore changer la donne quelques minutes plus tard.

Froome repêché par les commissaires

Après l’étape, les commissaires décident de reclasser Chris Froome et Richie Porte dans le même temps que… Bauke Mollema, qui termine le mieux classé des trois coureurs impliqués dans la chute. Par un miracle inattendu, Froome conserve son Maillot Jaune et, ironie du sort, reprend même le large par rapport à Adam Yates. Au lieu de 28 secondes, il se retrouve avec 47 secondes d’avance sur son dauphin.

« Je me demande ce qu’il serait arrivé si j’avais été le seul à tomber », explique Bauke Mollema à l’arrivée. Le Néerlandais est dubitatif à l’annonce du reclassement de Porte et Froome au terme de cette étape dantesque sur le Ventoux. Il n’est pas le seul. La polémique enfle rapidement, et le Maillot Jaune se fait huer par la foule lorsqu’il reçoit son Maillot Jaune. Une décision qui n’a pas aidé a amélioré sa cote d’amour auprès du public tricolore.

Chris Froome a un peu tout connu avec le Mont Ventoux : il y a gagné en 2013, et puis a connu l'irrationnel, l'inédit, bref l'incroyable en 2016. Avant qu'il ne retrouve le Mont Chauve pour deux ascensions, retour sur cette fin d'étape complètement dingue, qui aurait pu lui faire perdre le Tour, mais qui s'est bien terminée pour le Britannique.
Chris Froome reste en jaune sur le podium. Mais le sourire est figé chez le Britannique (Crédit : Sirotti)

Quoiqu’il en soit, en ce 14 juillet, Chris Froome n’était pas à la fête dans le Ventoux. Et cette course dans la montée restera à jamais. « Quand on parle du Ventoux, on a forcément l’image de Froome en train de courir », relate Pierre Rolland. Vincent Lavenu, lui, va plus loin. « On était dans la voiture et on s’est dit que c’était un grand moment de l’Histoire de notre sport », poursuit le manager d’AG2R Citroën. « C’était un moment de chaos. Et je pense qu’on n’est pas près de revoir un truc comme ça », abonde l’intéressé. Une histoire qui s’est finalement bien terminée pour lui…  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *