Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Tour de France – Retro : La première de Virenque à Luz-Ardiden

À 25 ans, Richard Virenque remportait sa première victoire d’étape sur le Tour de France à Luz-Ardiden. Le premier grand coup d’éclat du grimpeur tricolore.

La joie communicative de Virenque à Luz-Ardiden (Sirotti)

Le sourire d’un gamin à l’arrivée de Luz-Ardiden. La première victoire, d’une longue lignée pour celui qui a fait rêver le public français pendant des années. Déjà à l’étape précédente à Hautacam, Richard Virenque avait montré de belles promesses. Si c’est son compatriote Luc Leblanc qui s’impose, le grimpeur de la Festina termine tout près du maillot jaune Miguel Indurain et de Marco Pantani.

De quoi donner des idées au jeune tricolore qui profite de la journée de repos pour recharger ses batteries. Car ce 15 juillet 1994, le parcours propose un menu gargantuesque. Peyresourde, Tourmalet, Aspin et pour finir Luz-Ardiden. Mais Richard Virenque n’a plus froid aux yeux. Et ce repas le met en appétit.


Inarrêtable Virenque

Même s’il loupe le premier wagon, il repart en contre avec quelques coureurs pour rejoindre son coéquipier seul devant, Roberto Torres. «Le matin, je me disais qu’il me fallait une étape, qu’il fallait oser » explique-t-il à la presse après l’arrivée.

Une fois Peyresourde franchi, c’est le Tourmalet qui se dresse devant l’échappée. Et le Français a des fourmis dans les jambes. Un à un, ses compagnons de route craquent. Virenque est inarrêtable, encouragé par les spectateurs nombreux sur les routes. «Quand le public gueule des «Vi-renque, Vi-renque», je ne me sens plus. Il faut toujours que j’appuie plus fort sur les pédales.»

Virenque s’empare du maillot à pois après l’étape. (Sirotti)

Le dernier à tenir, c’est Laudelino Cubino. Troisième de la Vuelta l’année précédente, l’Espagnol est dangereux, mais pas pendant très longtemps. Il est à fond. Et son adversaire le voit en jetant un coup d’oeil à son cardiofréquencemètre. 198 pulsations par minute affichées, le tricolore comprend alors que c’est le moment faire l’ultime différence. Virenque attaque et passe le sommet en tête seul, comme un grand.

Au fur et à mesure des kilomètres, Richard Virenque creuse l’écart. Une, deux, trois, quatre minutes. Aspin et Luz Ardiden ne change rien. Il s’envole irrémédiablement vers la victoire et frappe un grand coup « Quand j’étais môme, j’aimais m’entraîner avec des plus grands pour le seul plaisir de les battre dans les côtes. J’avais beau n’être qu’un minime, je voulais montrer aux juniors que j’étais grimpeur. » C’est cette fois-ci, face aux meilleurs du monde, qu’il le démontre.

Virenque luttera avec les meilleurs sur la suite du Tour de France. (Sirotti)

En haut de Luz-Ardiden, il peut exulter. On y retrouve, toute la joie d’un gamin qui gagne pour la première fois. Un gamin qui a vite grandit. Car derrière, tout le monde est loin. Autre minot à l’époque, Marco Pantani termine à plus de 4 minutes. Indurain presque 8. Après cette magnifique performance, Richard Virenque se retrouve 2ème du général (il terminera 5ème) et endosse aussi le maillot de meilleur grimpeur. Il le portera sur le podium à Paris, le premier de sa collection. S’il avait déjà porté le jaune une semaine en 92, ce succès marque le début de son ascension. Celle du chouchou des Français.

«

One thought on “Tour de France – Retro : La première de Virenque à Luz-Ardiden

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *