Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Tour de Suisse – étape 4 : les tops et les flops

Les échappés ont enfin gagné sur ce Tour de Suisse ! Stefan Bissegger a devancé le Français Benjamin Thomas sur l’aérodrome de Gstaad. Face à un peloton à l’allure de cyclo. Les tops et les flops de cette 4ème étape.

Décidément, Stefan Bissegger est le bourreau des Français cette saison (Sirotti).

Les tops :

Stefan Bissegger

Le rouleur suisse était intouchable aujourd’hui. Dans le bon coup, il s’est montré très vigilant aux attaques dans la seule difficulté du jour, qui se situait dans les 15 derniers kilomètres. Agile dans la descente, il a forcé ses deux derniers compagnons à prendre des risques sur les routes humides menant à l’aérodrome. Au sprint, il n’a laissé aucune chance à Benjamin Thomas (Groupama-FDJ) et Joey Rosskopf (Rally Cycling) pour s’offrir sa première victoire en ligne sur le circuit World Tour.

Benjamin Thomas

On y a cru ! Le Français n’était pas loin de succéder à Arnaud Démare, dernier vainqueur français sur le Tour de Suisse. Le coéquipier du champion de France est sorti du peloton à la mi-course pour former la bonne échappée. Au sommet de la dernière bosse, il a tenté de surprendre ses adversaires en passant à l’attaque. Mais même en très bonne condition, il n’a rien pu faire au sprint face à un Stefan Bissegger plus puissant dans les 200 derniers mètres. Néanmoins, sa prestation du jour laisse présager un futur brillant, notamment lors des Jeux Olympiques de Tokyo, où il sera en lice sur l’omnium et sur l’Américaine.

Les flops :

Le peloton

Alors voilà, pas plus tôt qu’hier, on fanfaronnait sur le spectacle. Des allures rapides, des attaques à tout va et des difficultés répertoriées non escamotées. Et puis voilà qu’aujourd’hui le peloton se calme, voir s’arrête ; un maillot jaune qui passe sa journée dans les dix dernières places du peloton, une allure de cyclotouristes du dimanche, des équipes de sprinteurs qui roulent à contre-temps, et la Movistar qui ne sait pas quoi faire (bon ça c’est habituel)… Résultat, on a vite compris que le peloton n’avait pas envie de se jouer la victoire et encore moins de batailler dans la dernière ascension. On espère donc que cette journée de repos servira à voir du grand spectacle dès demain !

Cofidis

L’équipe Cofidis a loupé le coche. Offensive depuis deux jours, la formation nordiste s’est sans doute fait distraire par le rythme très faible du peloton. Pourtant, le coureur belge Jelle Wallays était présent dans l’échappée initiale de cette étape, très vite reprise par le peloton. Lorsque le deuxième coup est sorti, aucun maillot rouge et blanc ne s’est présenté à l’avant. Et alors que l’écart entre la tête de course et le peloton avoisinait les huit minutes, Cofidis a pris le manche du peloton. Christophe Laporte avait sans doute de bonnes jambes mais l’écart était déjà irrattrapable. Frustrant !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *