Mon Peloton

Le média cyclisme qui te fait changer de braquet

Women’s WorldTour : Ce qu’il faut retenir de la première partie de saison

Les cinq premières courses du circuit du WorldTour féminin 2021 ont eu lieu et ce sont cinq coureuses différentes qui ont levé les bras. L’occasion de faire le point sur ce qui s’est passé jusque là après les classiques pavées et avant d’aborder les classiques ardennaises.

Grâce notamment à sa victoire sur le Trophée Alfredo Binda, Elisa Longo Borghini est la nouvelle numéro 1 mondiale (Sirotti)


Elisa Longo-Borghini crève l’écran

Deuxième du classement individuel final l’an dernier, Elisa Longo-Borghini est désormais la nouvelle numéro 1 mondiale grâce à son tempérament offensif sur les courses. Sur les Strade Bianche, elle avait anticipé la difficulté finale en partant à 6 kilomètres de l’arrivée. Seulement suivie par la Néerlandaise Chantal van den Broeck-Blaak, elle n’avait pas pu garder la roue de cette dernière et avait donc terminé à la deuxième place. Deux semaines plus tard, c’est à 26 kilomètres du but qu’Elisa Longo Borghini avait choisi de partir. Cette fois, personne n’avait pu la suivre et l’Italienne de la Team Trek-Segafredo s’était imposée en solitaire sur le Trophée Alfredo Binda.

S’il y a une possibilité, j’essaye toujours d’attaquer. Je m’attendais à ce que quelqu’un suive mais quand j’ai vu que j’avais fait la différence j’ai tout donné. Si elles m’avaient rattrapé, j’aurais réessayé. J’aime attaquer, c’est ma manière de courir“, expliquait-elle sur le site officiel de sa formation. Si cette tactique n’a pas fonctionné sur Gand-Wevelgem, l’Italienne a terminé à une belle 4e place lors du Tour des Flandres, ce qui lui a permis de prendre la tête du classement général du WorldTour.


Vos, van Vleuten : les stars sont là

Difficile de battre les légendes. À 33 ans, Marianne Vos est toujours au top. Déjà lauréate du classement WorldTour en 2019, la Néerlandaise est l’actuelle numéro 2 mondiale grâce à ses excellents résultats et une régularité à toute épreuve : 7e des Strade Bianche et 2e de la classique Bruges-La Panne, la leader de la nouvelle équipe Jumbo-Visma a ensuite remporté Gand-Wevelgem au sprint. “C’est un sentiment fantastique. Les courses précédentes nous ont apporté de la confiance et nous savions que nous étions prêtes collectivement. Quand nous avons rattrapé les échappées, j’avais vraiment envie de bien faire pour l’équipe, elles avaient confiance en moi“, expliquait la triple championne du monde sur le site officiel de sa formation.

10 ans après son premier succès, Annemiek van Vleuten s’est de nouveau imposée sur le Tour des Flandres (Crédit : Twitter @RondeVlaanderen)

De son côté, Annemiek van Vleuten a pris son temps. 4e des Strade Bianche, la Néerlandaise de 38 ans avait fait l’impasse sur les épreuves suivantes du WorldTour mais avait tout de même gagné À Travers La Flandre avant de mettre tout le monde d’accord sur le Tour des Flandres. Partie dans le Paterberg, personne n’avait pu suivre l’ancienne championne du monde sur route qui s’est ainsi imposée en solitaire, remportant le Ronde pour la deuxième fois de sa carrière, dix ans après son premier succès et après avoir enchaîné sept Top 10 sur l’épreuve pavée.

Cela faisait tellement d’années que j’attendais une nouvelle victoire ici. J’arrivais à chaque fois en étant bien préparée mais j’échouais toujours si près du but. La stratégie était de ne pas laisser les autres équipes être en supériorité numérique, c’est pourquoi nous avons imposé très tôt notre rythme et c’est pourquoi je suis partie de loin, ce qui m’allait très bien“, raconte-t-elle sur le site officiel de son équipe, la formation Movistar. Grâce à ce succès, van Vleuten est désormais 4e mondiale.


Anna van der Breggen se fait discrète

Pour sa dernière année dans le peloton, Anna van der Breggen n’a pas encore imposé sa loi dans le calendrier WorldTour même si la Néerlandaise fait toujours briller sa régularité : 3e des Strade Bianche où elle avait joué le jeu de son équipe en laissant sa coéquipière Chantal van den Broeck-Blaak partir et remporter l’épreuve, la coureuse de trente ans vient de terminer 8e du Tour des Flandres.

Si ce sont des résultats tout à fait honorables, surtout en comptant également sa victoire sur le Omloop Het Nieuwsblad, la Championne du Monde sur route et en contre-la-montre nous laisse un peu sur notre faim, c’est dire le niveau d’exigence auquel elle nous a habitué. La leader de l’équipe SD Worx, actuelle 11e mondiale, devrait néanmoins vite se rattraper puisque les classiques ardennaises, son terrain de jeu favori, sont les prochaines courses du calendrier.

Sans victoire en WorldTour, Anna van der Breggen a quand même remporté l’Omloop Het Nieuwsblad pour son premier jour de course (Crédit : Twitter @OmloopHNB)

Cinq courses, cinq lauréates

C’est une information qui semble anecdotique mais qui montre en réalité le progrès du peloton féminin dans la professionnalisation de ses coureuses, même s’il reste encore du chemin. En effet, de plus en plus de coureuses différentes ont désormais la possibilité de gagner les plus grandes courses et de plus en plus d’équipes différentes jouent un rôle majeur durant les courses.

Outre les têtes d’affiche habituelles, on a ainsi vu l’Australienne Grace Brown lever les bras sur la Classique Bruges-La Panne, permettant à la coureuse du Team BikeExchange de prendre la troisième place du classement WorldTour. La Belge Lotte Kopecky (Liv Racing) et la Danoise Cecilie Uttrup Ludwig (FDJ Futuroscope), toutes deux âgées de 26 ans, ont également brillé et pesé sur les premières classiques de l’année. “C’est très bien pour le scénario de la course parce qu’on ne sait jamais ce qui va se passer et tout le monde a sa chance“, nous disait cette dernière à notre micro.

2 thoughts on “Women’s WorldTour : Ce qu’il faut retenir de la première partie de saison

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *